À propos

  • 5 juin 2021: Aujourd’hui s’achève ce carnet vagabond sur Boileau. J’adresse un immense merci à celles et ceux qui m’ont suivi dans cette aventure, en espérant leur avoir apporté quelque aide modeste pour le concours, et en adressant aux admissibles de l’externe tous mes vœux pour les oraux maintenant très proches.
    A celles et ceux qui le souhaitent, je donne rendez-vous prochainement sur le carnet que je consacrerai cet été à Perrault et Mme d’Aulnoy: http://merveilles.hypotheses.org/

  • Suite à quelques brillantes propositions des Agrégatives rouennaises entendues cette semaine, j’ajoute encore quelques ultima verba dans la section « Miscellanées« :
  • La journée d’étude « l’âge d’or de la satire, XVIIe et XVIIIe siècles », organisée en ligne par l’université de Rouen Normandie., et qui s’est tenue en direct le 10 décembre, est pour l’instant toujours disponible. Accès libre par cette page:
    https://melancolie.hypotheses.org/1505.

  • Inscrit(e) ou non à l’université de Rouen, n’hésitez pas bien sûr à m’écrire pour me faire part de vos réactions et commentaires, si vous le souhaitez.

Boileau est encore trop souvent présenté comme un « classique » froid, raisonnable, « contrôleur général du Parnasse » (Sainte-Beuve), et l’un des chantres officiel de la grandeur louis-quatorzienne. Les Satires, aussi éloignées que possible de ces sétéréotypes, donnent à voir au contraire un Boileau rebelle, attiré par les groupes de contestataires libertins aussi bien que jansénistes, écrivant ses vers dans des cabarets frondeurs, hostile aux puissants et aux gens en place. Quant à l’Art poétique, loin de promouvoir « les règles », il milite pour une poésie brûlante, ambitieuse, inspirée par le Ciel, procédant du « cœur seul » et visant au « sublime », misant sur le « désordre », goûtant le monstrueux, exigeant du poète des pleurs sincères s’il veut nous émouvoir. Vous verrez que ce Boileau dont nous allons parler n’a pas grand’chose à voir avec cet académicien en perruque poudrée dont l’histoire littéraire scolaire a trop longtemps véhiculé l’image. Il est temps de remettre Boileau en liberté, et de le considérer pour ce qu’il fut: un non-conformiste, insolent, iconoclaste  et remuant, aussi inclassable que Molière qu’il fut l’un des premiers à admirer et qui fut son ami.

*

Ce carnet de recherches est d’abord destiné aux Agrégatifs et Agrégatives de Lettres inscrit(e)s à l’université de Rouen, mais sans oublier les autres, en particulier celles et ceux qui ne peuvent bénéficier d’une préparation ou d’un accès facile à la documentation. Quant aux internautes qui s’intéresseraient par hasard à cette figure encore très mal aimée et assez mal connue du public, ils/elles sont, évidemment, les bienvenu(e)s, et peuvent bien sûr m’écrire aussi s’ils/elles le souhaitent.

Œuvre de référence

Boileau, Satires et Art poétique, dans Satires, Épîtres, Art poétique, édition de Jean-Pierre Collinet, Paris, nrf Poésie / Gallimard, n° 195, 1985. Les textes au programme sont respectivement aux p. 47 à 163 et 225 à 258 (Préface des Œuvres diverses, édition de 1701, comprise).

Etude des satires et de l'art poétique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search