Par où commencer?

Par où commencer ?

Le programme est quantitativement assez court, mais il impose quelques lectures préalables complémentaires, à commencer par les Epîtres qui figurent dans notre volume. Les Epîtres relèvent d’un genre proche de la satire sans se confondre avec elle. La synthèse la plus récente est celle de Sophie Tonolo, Divertissement et profondeur. L’épître en vers et la société mondaine en France de Tristan à Boileau, Champion, 2006. L’Art poétique, réécriture de l’épître aux Pisons d’Horace, peut être assimilé à une épître et lui emprunte certains de ses traits, ainsi qu’à la satire.

Les satires et l’actualité

L’histoire littéraire permettra de situer nos oeuvres dans le contexte polémique où elles  ont pris naissance : l’identité des cibles, la carrière et les ambitions de Boileau éclairent, au moins partiellement, les textes au programme. Il convient d’élucider les allusions, et de devenir un familier de Cotin, Quinault et Chapelain, têtes de Turc du satiriste, mais aussi de son frère Gilles, et de quelques autres encore. Pour vous faire une idée de ce panorama, je vous recommande Réne Bray, Boileau : l’homme et l’oeuvre, [1942], Paris, Nizet, 1962, ou Pierre Clarac, Boileau, Hatier, 1964, ou (mieux encore peut-être et plus faciles d’accès) les chapitres qu’Antoine Adam consacre à Boileau dans son Histoire de la littérature française au XVIIe siècle (1948, republié chez Albin Michel). Antoine Adam, qui connaît si bien tous nos écrivains « classiques », fut en particulier l’un des meilleurs connaisseurs de Boileau au milieu du siècle dernier : il avait consacré un ouvrage aux Premières Satires de Boileau (Lille, 1942), et avait co-édité en 1966 avec Françoise Escal le volume de la Pléiade consacré à cet auteur. Le détour par l’histoire littéraire permet aussi de saisir les Satires dans la diachronie : elles n’ont pas été rédigées dans l’ordre où elles ont été publiées, et correspondent à plusieurs étapes dans la vie de Boileau. Les premières sont des oeuvres de jeunesse, les dernières des poèmes de la maturité, composés alors que le vieil académicien est auréolé de gloire et forge sa propre statue de législateur des lettres : l’étude des textes devra tenir le plus grand compte de cette chronologie.

Des satires “luciliennes” (ou satires régulières en vers)

Excepté peut-être l’Art poétique, le programme porte sur la satire en vers : je vous conseille de commencer par défricher ce terrain en lisant le livre de Sophie Duval et Marc Martinez intitulé La Satire, paru chez Armand Colin, coll. U, 2000. Marc Martinez enseigne la littérature anglaise à l’université de Rouen Normandie, et la synthèse qu’il propose est un instrument précieux pour comprendre la poétique boilévienne de la satire.

Horace, Juvénal, et Archiloque

La Harpe décrivait Boileau comme « l’Horace français »: Boileau reprend en effet la forme de la satire en vers en s’appuyant sur les grands modèles latins, qui inventèrent le genre et le portèrent à sa perfection. Il convient, pour compléter la lecture des oeuvres au programme, de se plonger dans la lecture du souriant Horace (Satires, Les Belles Lettres, coll. Bilingue 2001, rééd. 2011), et du plus véhément Juvénal (Satires, Les Belles Lettres, coll. Bilingue, 2002, rééd. 2011), qui constituent les deux pôles d’attraction de la satire boilévienne. La satire est un genre qui obéit à des codes et une poétique, avec ses stéréotypes qu’il faut être capable d’identifier (par exemple ceux du repas ridicule, de la critique des femmes, mais aussi de la folie universelle et du monde à l’envers), entre la chronique variée (satura) et la conversation familière (sermo).

Sur la fortune d’Horace au temps des classiques et chez Boileau en particulier, voir Jean Marmier, Horace en France au XVIIe Siècle, Paris, PUF, 1962.

La floraison satirique de l’âge baroque (1590-1623 et au-delà)

Loin d’inaugurer une veine, Boileau vient plutôt conclure un siècle qui fut l’âge d’or de la satire en France : dans le sillage de la Pléiade, puis en cet âge « baroque » qui fut volontiers impertinent bien des auteurs composèrent des poèmes dans ce genre haut en couleurs. Le plus important est Mathurin Régnier né en 1573 et mort 1613 à Rouen, mais il s’en trouva bien d’autres. On pourra regarder Les Satires françaises du XVIIe siècle, éd. Fernand Fleuret et Louis Perceau, rééd. Classiques Garnier, 2014, 2 tomes. La condamnation du Parnasse satirique (1623) ne mit pas un coup d’arrêt complet au genre, mais c’est un genre un peu délaissé dont s’empare Boileau dans les années 1650, pour porter aussitôt le genre à son point d’incandescence.

Boileau “classique” ?

En vérité, Boileau ne fut sans doute pas le théoricien du « classicisme », pour la bonne raison que cette notion n’a jamais eu d’existence ailleurs que dans les manuels. Aucun auteur du XVIIe siècle n’a jamais prétendu être un « classique ». Mal utilisée, cette catégorie de « classicisme » nous empêche de lire Boileau bien plus qu’elle ne fournit un outil heuristique opératoire. Pour nous aider à user de cette notion à bon escient, on pourra se reporter si l’on veut à La Formation de la doctrine classique de René Bray (Hachette, 1927), mais plutôt à un manuel plus récent comme celui d’Alain Génetiot (Le Classicisme, 2005, PUF, coll. Quadrige), sans oublier la dernière partie de cet ouvrage, qui traite du goût. Pour une approche nuancée de la notion de classicisme appliquée à Boileau, et de la façon dont lui-même contribua à verrouiller une catégorie en l’orientant vers une forme de néo-classicisme, voir Emmanuel Bury, « La poésie selon Boileau. Entre classicisme et néoclassicisme », Revue européenne de recherches sur la poésie, n° 3, 2017, p. 37-50. Sur la composante irrationnelle de ce qu’on appelle le classicisme, on pourra lire Claude Chantalat, A la Recherche du goût classique, Klincksieck, 2000. Sur le sublime, voir par exemple l’ouvrage de Théodore Litman, Le Sublime en France, Paris, Nizet, 1971. Sur la valeur mondaine de l’art poétique, on pourra se reporter à Alain Génetiot, « Boileau et la mondanisation de l’art poétique sous Louis XIV », in Arts de poésie et traités du vers français, éd. N. Cernogora et G. Peureux, 2019, p. 351-369 ; et aussi A. Génetiot, « Boileau poète dans L’Art poétique », Papers on French Seventeenth Century Literature, vol. XXXI, no 61, 2004, p. 347-366.

Satiriste ou moraliste?

La satire est le genre privilégié pour celui qu’on appelle le moraliste : c’est-à-dire, au sens du XVIIe siècle, non d’abord celui qui censure les moeurs, mais avant tout celui qui les observe. Boileau est passé maître pour croquer les détails. On louait autrefois son « réalisme », mais ne vaudrait-il pas mieux parler de son comique (pour ne pas dire parfois son burlesque, genre avec lequel il entretient des relations complexe)? La vis comica est chez lui mise au service d’une peinture de l’homme, sombre, pessimiste, apparentée à celle de Molière que Boileau admirait. Son exigence de vérité et de sincérité manifeste un souci éthique qui commande l’ensemble du corpus et culmine dans la condamnation de l’équivoque dans la Satire XII : la dénonciation d’un usage galvaudé et incertain de la langue, que Boileau reproche aux mauvais poètes, est chez lui le signe et la marque d’une exigence morale qui refuse le mensonge, auquel se ramènent finalement pointes factices et équivoques troubles. Boileau appartient ainsi à la famille de ces écrivains « moralistes », après Pascal qu’il voulut imiter  (XII, 325); en même temps que La Rochefoucauld, à qui il pensa dédier d’abord la satire V ; et avant La Bruyère, qu’il contribua à lancer dans la carrière des lettres. Boileau partage avec ces écrivains les mêmes préoccupations, et les mêmes doutes quant à la capacité de la littérature à réformer les hommes.

Sur ce point, voir Emmanuel Bury,  « Boileau moraliste ? », in Alain Génetiot (dir.), Morales du poème à l’âge classique, Classiques Garnier, 2019.

« Boileau poète » (D. Reguig)

Après avoir situé Boileau en son temps et dans une longue tradition à la fois ancienne et moderne, vous pourrez aborder les études portant sur le texte lui-même. L’ouvrage le plus récent est celui de Delphine Reguig, Boileau poète, Classiques Garnier, 2016 : sa bibliographie à jour permettra aux plus curieux de prendre la mesure de l’état critique sur Boileau, qui connaît depuis quelques décennies un retour en grâce chez les universitaires. Un peu plus ancien, mais portant spécifiquement sur la satire : Joseph Pineau, L’Univers satirique de Boileau, Droz, 1990. Sur Boileau, les travaux de Roger Zuber restent indispensables : Les Émerveillements de la raison, Klincksieck, 1990, mais aussi l’ouvrage qu’il a co-écrit avec Bernard Beugnot : Boileau, visages anciens, visages nouveaux, Presses de l’université de Montréal, 1973. Vous pourrez vous reporter aussi aux contributions et articles de Pascal Debailly, ainsi qu’à son livre La Muse indignée, qui porte sur la satire au XVIe siècle (2012, Classiques Garnier), mais dont les premiers chapitres proposent des mises au point précieuses sur la poétique et l’histoire du genre.

Pour terminer, il convient de mentionner trois volumes collectifs qui comportent des articles essentiels composés par les meilleurs spécialistes :

  • un numéro spécial de Littératures classiques (24, 1995) consacré au genre de la satire, en ligne sur Persée, avec des  articles de P. Debailly, E. Bury, F. Briot, D. Bertrand, etc.
  • Critique et création littéraire en France au XVIIe Siècle, CNRS, 1977 (Jean Marmier, Alain Michel, etc.)
  • et, plus récent, OEuvres & Critiques, XXXVII, 1 (2012), avec des contributions de Rainer Zaiser, Stéphane Macé, Delphine Reguig, Allen G. Wood, Jean Leclerc, E. Bury, Volker Kapp et Dorothea Scholl.

Pour un (été avec) Boileau

Bien d’autres points pourront être abordés en cours, ou constituer des sujets de leçons. Par exemple:

  • Les jeux de l’énonciation dans les Satires et l’Art poétique
  • l’art de la guerre : Boileau polémiste dans les Satires et l’Art poétique
  • Le théâtre dans les Satires et l’Art poétique
  • Rire et comique dans les Satires et l’Art poétique
  • Boileau et les femmes dans les Satires et l’Art poétique
  • Poésie et liberté dans les Satires et l’Art poétique
  • Boileau “janséniste” ?
  • Poésie et versification
  • L’Art poétique : un traité du sublime ?
  • La beauté et ses monstres : l’esthétique de Boileau
  • Le merveilleux dans l’esthétique de Boileau
  • Ancien ou Moderne ? 
  • Fable, églogue, satire, épopée… : hiérarchie ou “pot-pourri” (satura) des genres? 
  • Paris dans les Satires et l’Art poétique

J’indiquerai au fil du cours les travaux que j’utilise dans ma synthèse, en précisant les liens lorsqu’ils sont disponibles en ligne. Mais, pour les Agrégatifs/Agrégatives, la priorité est bien sûr la parfaite maîtrise et connaissance des textes au programme, dont il convient d’élucider toutes les difficultés. Vous disposez des notes de l’oeuvre au programme, ainsi que de celles des éditions de la Pléiade (1966),  et de l’édition Cahen de 1932.



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2020, 8 juillet). Par où commencer? Boileau, l'insoumis. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4df