“Lucile le premier” (Art poétique, II, v.147): l’apogée d’une tradition

La satire, à l’origine, dériverait des imprécations primitives de poètes-sorciers dont la parole magique devait provoquer la destruction de l’adversaire1. La figure du poète jeteur de sorts paraît étrangère à Boileau, mais la satire présuppose toujours que les mots possèdent un pouvoir d’agir sur le réel et de le transformer: le poète se sent tenu de se justifier du pouvoir exorbitant qu’on prête à ses vers, et qui confine à la sorcellerie:  “Ai-je par un esprit / Pétrifié sa veine et glacé son esprit?” (Satires, IX, v. 226). De même, c’est un poète magicien qui, dans la satire XII, conjure le démon de l’Equivoque et le renvoie dans le néant à la fin du poème. De même le devoir de nomination que s’arroge le poète (“Je ne puis rien nommer si ce n’est par son nom”,  Satires I, v. 51) entretient un lien avec l’antique pouvoir accordé aux noms et à leur possession par un magicien habile2

Par la suite, en Occident, la satire fut comprise très différemment par les Grecs et les Latins, provoquant pour très longtemps de redoutables ambiguïtés génériques et définitionnelles  par rapport auxquelles Boileau éprouvera encore le besoin de se situer.

“Là le Grec, né moqueur, par mille jeux plaisants…” (Art poétique, III, v. 337)

Parmi les ancêtres de la satire, Aristote fait figurer le Margitès3, parodie d’épopée qu’il attribue à Homère. Mais on admet généralement que le fondateur de la poésie satirique est Archiloque, poète soldat qui mena au VIIe siècle A.C. une existence de soudard mercenaire, inventeur du mètre iambique, jugé plus proches de la conversation que le poème selon Aristote (1449 a). Volontiers cynique, il remet en cause la morale héroïque qui prévalait dans l’Iliade : la gloire, explique-t-il, ne confère pas l’immortalité, mais le mépris et l’oubli : “Sitôt qu’un homme est mort, il n’est plus respecté de ses concitoyens, la gloire l’oublie. Vivants, nous préférons rechercher la faveur des vivants, et pour le mort nous n’avons plus qu’injures”. La seule valeur qui vaille, c’est de sauver sa vie : “Mon bouclier fait aujourd’hui la gloire d’un Saïen. Arme excellente, que j’abandonnai près d’un buisson, bien malgré moi. Mais j’ai sauvé ma vie. Que m’importe mon vieux bouclier ! Tant pis pour lui ! J’en achèterai un autre, tout aussi bon.” L’estime des autres, le deuil des morts sont pour Archiloque autant de conventions et de fausses valeurs, tout comme le prétendu honneur censé subsister pour toujours dans la mémoire des hommes. Ses vers littéralement assassins sont redoutés : on dit qu’ils ont provoqué la mort par suicide de sa promise et de son père, pris pour cible par Archiloque après que les fiançailles aient été rompues ;  le poète-soldat reste encore, à cette date, un poète-mage capable de détruire ses victimes par la seule force de son verbe : “je possède un grand art : à qui te blesse, mon coeur, je rends de cruelles blessures” (fr. 120).

Archiloque n’est pas seulement un poète de la haine et de l’amertume : sa vindicte indignée s’en prend aux injustices. S’il s’attaque à son ex-fiancée et à son père, c’est que la première, Néoboulé, était une catin, et le père de cette dernière, Lycambès, un parjure. Au-delà de la vengeance personnelle, Archiloque brocarde des types humains (le fanfaron, la prostituée, le charlatan) et cherche donc à rétablir un ordre social qui lui paraît déréglé. Il use de différentes formes : proverbes, sentences et surtout fables, comme celle du loup et du chien qui sera reprise par Esope et La Fontaine (fr. 20 à 27)

Plusieurs traits constitutifs de la satire sont ainsi fixés par Archiloque, qu’Horace tient pour un des fondateurs du genre dans l’Art poétique (“La fureur arma Archiloque de l’ïambe, qui est sa création”):

  • une attitude : l’indignation;
  • un ton : l’imprécation et l’invective, qui n’excluent pas un comique bas ; 
  • une violence verbale à la fois guerrière et magique, susceptible d’agir sur le monde;
  • une éthique anti-idéaliste : la remise en cause de la morale héroïque et des conventions sociales hypocrites et factices ; 
  • un parti-pris littéraire : prendre le contrepied de l’épopée, en usant d’un mètre plus prosaïque, et en mêlant différents genres, en particulier la fable et le récit.

Son successeur Simonide, qui vécut aux VIe-Ve siècles, introduisit le thème de la satire des femmes, promise à une longue fortune, de Juvénal à Boileau en passant par Rabelais : 

Car le plus grand fléau que Jupiter ait créé, ce sont les femmes. Quand elles paraissent être utiles à quelqu’un, alors surtout elles lui sont nuisibles. Il est impossible de passer tout un jour dans la joie à celui qui le passe avec une femme. (Simonide de Samos, Sur les femmes).

Dans l’Athènes classique, comme Boileau le rappelle (Art poétique, III, v. 336 sq.), c’est la comédie ancienne qui prend en charge la satire morale et politique : son “venin médisant” fait sa “proie” de “la sagesse, l’esprit et l’honneur”. La liberté (parrèsia) satirique y dégénère en licence, au point que le législateur finit par la borner et, en particulier, interdit les attaques nominatives (auxquelles Boileau a rarement su résister). En Grèce, le registre satirique est également porté par un autre genre théâtral, dont Boileau ne parle pas : le “drame satyrique” (satyricon) qui accompagnait les trilogies tragiques ; ces pièces mettaient en scène des silènes chèvres-pieds qui proposaient des variations bouffonnes et burlesques sur les mythes. Cette forme dramatique était bien différente de la satire générique qui se développa par la suite à Rome, mais l’ambiguïté onomastique entre satyre et satire engendra à partir de la Renaissance bien des confusions étymologiques et bien des contresens.

satura tota nostra est”: la satire à Rome

Si l’influence grecque ne saurait être complètement négligée, il n’en reste pas moins que c’est à Rome que s’épanouit vraiment le genre satirique : “satura tota nostra est” estime en effet Quintilien (Institution oratoire, X, 1, 9). Le grammairien ne voulait pas dire par là que les Latins fussent les seuls à posséder le génie satirique, mais bien plutôt que naquit à Rome la satire comme genre littéraire4.

Le terme de satire emporte avec lui l’idée de mélange : satura lanx désigne un plat (pot-pourri, ragoût ou farce) qui se recommande par sa variété (un mélange de fruits et légumes) et son abondance, deux traits rhétoriques essentiels de la satire, qui viennent comme spontanément dans la définition gastronomique du genre que Boileau nous a laissée:

La satire, en leçons, en nouveautés fertile,
Sait seule assaisonner le plaisant et l’utile, (Satires, IX, v. 267-268)

La variété hétéroclite du repas ridicule (III) peut aussi apparaître comme une métaphore du genre satirique lui-même, et une illustration de sa véritable nature (“ragoût”, v. 50).

“Lucile, le premier”

Boileau, méditant dans la septième de ses satires sur le genre qu’il pratique, mentionne les noms de trois prédécesseurs, tous trois latins : Lucile, Horace et Juvénal. Il omet celui d’un quatrième auteur, Perse, mais pour l’évoquer avec les trois autres noms dans le “Discours sur la satire” (p. 119) et dans l’Art poétique (II, 145 sqq.). C’est cette tradition latine de la satire régulière, illustrée essentiellement par ces quatre écrivains, que Boileau s’emploie à prolonger dans son oeuvre.

C’est le poète Lucilius (167-102 A.C.) qui fixe le cadre générique de la satire à la fin du second siècle avant notre ère. S’il unifie la forme en imposant l’hexamètre dactylique, il conserve dans ses thèmes la variété propre au genre satirique. Surtout, il assigne au satiriste une mission : la censure publique des injustices et des abus, à travers des vers où le comique se mêle à l’agressivité. On a conservé de cet auteur environ 1300 vers, qui permettent de se faire une idée du rôle essentiel qu’il a joué dans la stabilisation de la forme, mais aussi de la permanence des sujets ; en cette époque républicaine, Lulicilius ose s’en prendre au Sénat, où des hommes corrompus se font appeler pères comme s’ils étaient des dieux. Il n’hésite pas à les nommer par leur nom (“Tubulus Lucius, Lupus, Carbo”) ; mais le satiriste n’oublie pas les thèmes favoris du genre qu’il pratique, par exemple la critique des femmes : “Les hommes s’attirent volontairement ces peines et ces chagrins ; ils prennent femme, font des enfants et font ainsi leur malheur” (Fr. I du livre XXVI). Désormais, la vocation du satiriste est nettement affirmée : corriger les moeurs, en dénonçant les vices, et en ridiculisant ceux qui les commettent. Déjà aussi, il lui faut affirmer son bon droit dans ces attaques qui s’en prennent à ses contemporains : “C’est pourquoi je dévie de ma ligne, et je me charge avec ardeur d’un emploi d’homme libre” (Livre XXVI, fr. XLIV). La liberté (libertas, équivalent de la parrèsia grecque), chère aux Romains du temps de la République, apparaît ainsi comme la qualité et la vertu du poète satirique. La satire apparaît comme l’incarnation d’une parole libre et indépendante, à la fois drôle, désagréable mais aussi salutaire, car elle est la garantie du bon fonctionnement des institutions républicaines. Cette liberté suscite nécessairement le mécontentement des victimes visées par la satire : aussi Lucilius doit-il se défendre et faire valoir son bon droit à dénoncer les abus de son époque dans des valeurs apologétiques. Ainsi, l’auto-défense  (l’apologia) devient rapidement une autre composante du genre satirique, : “On ne me persuadera jamais de désavouer publiquement mes vers.” (Livre XXVI, fr. LV). Les fragments de Lucilius qui nous restent suffisent à manifester que le premier satiriste latin adopta une structure dialogique qui sera bientôt une autre loi du genre, engageant un échange avec un interlocuteur fictif, tantôt ami et complice, tantôt cible et adversaire (“Que croirais-tu devoir éviter, devoir fuir avec le plus de soin?”  livre XXVI, fr. L). Liberté, apologie, dialogue : nous retrouverons ces trois éléments dans la pratique boilévienne du genre, que nous étudierons dans le “post” suivant.

 

“Horace, après Lucile” (Satires, VII, v. 74)

Le premier des grands satiristes latin dont on ait conservé l’ensemble des œuvres fut Horace (65 A.C. –  8 A.C.), dont on ne saurait surestimer l’importance. L’oeuvre d’Horace manifeste à quel point la tradition latine de la satire, dont Boileau est directement héritier et continuateur, se démarque de la tradition grecque. Horace fut en effet d’un côté l’imitateur des Grecs : il composa en effet, à la manière d’Archiloque, des Epodes en ïambes, où il lançait des invectives vengeresses. Ses cibles étaient un usurier, un poète, et surtout deux personnages féminins : Canidie, sorcière amoureuse et infanticide, et une vieille lubrique décrépite et fellatrix (VIII, 19-20), qu’il rend toutes deux responsables de l’impuissance sexuelle dont il souffre ; ce recueil, paru en -30, fut composé à la fin des guerres civiles, et on entend aussi dans cet ouvrage des reflets de l’actualité.

“Où courez-vous, cruels ? Pourquoi ces glaives,
Hier en paix dans vos logis?
De sang romain les champs, l’onde et les grèves
Ne sont-ils pas assez rougis?
Vous n’allez point de Carthage abhorrée
Escalader les fières tours,
Mener captif, sur la route Sacrée,
Le Breton rebelle toujours,
Mais faire voir, le Parthe le souhaite,
Rome expirant grâce aux Latins.
Jamais entre eux de rage si complète
Loups ni lions ne sont atteints.
Qui vous entraîne? Une aveugle démence?
L’enfer? Vos crimes? Répondez !
Chacun se tait, la stupeur est immense,
Tous pâlissent intimidés.
N’en doutons plus: pour un noir fratricide
Le Sort accable les Romains.
Oui, de Rémus l’assassinat perfide
Au meurtre encor pousse nos mains !” (
Epodes, VII, trad. comte de Séguier, 1883)

Insultes et outrages, y compris à caractère sexuels dans les épodes VIII et XII5, ont valu à ce recueil une postérité assez discrète.  Boileau prétendit (avec succès) au titre “d’Horace français”: on voit ici qu’il sélectionna dans l’héritage horatien les oeuvres conformes à sa conception de la poésie, et qu’il délaissa d’autres formes, y compris satiriques, pratiquées par le maître, et qui l’auraient entraîné dans le sillage trop scabreux d’Archiloque (qu’il s’abstient de nommer). La trop fameuse imitation des Anciens est à géométrie variable : mieux vaut ne pas trop les suivre lorsqu’ils s’égarent sur des chemins aussi dangereux : “Le latin dans les mots brave l’honnêteté” (Art poétique, II, v. 174). Boileau apparaît ainsi, dans sa pratique sélective de l’imitation horatienne, finalement proche de ses adversaires les Modernes, qui prétendaient que les auteurs de l’Antiquité ne présentaient pas toujours le raffinement et les bienséances attendus.

En fait, ce sont, dans l’oeuvre d’Horace, les Satires qui constituèrent le tropisme principal pour Boileau. Publiées en deux livres entre 36 et 29, contemporaines des Epodes, les Satires d’Horace distribuent aussi bien des blâmes que des éloges. Ce sont pourtant des oeuvres bien différentes des iambes archiloquiennes : plus aimables, moins virulentes, teintées d’un épicurisme souriant, composées en hexamètres dactyliques, elles adoptent un ton familier, proche de la conversation en prose (sermo pedestris ou “musa pedestris”, II, 6, v. 17), volontiers intimes. Sermones, qu’on pourrait traduire si l’on veut par “causeries”, était d’ailleurs le titre sous lequel Horace les désignait (il écrit “sermoni propriora”, Satires, I, 4, v. 42), concurremment du terme satura utilisé aussi au sein du recueil (Satires, II, 1, 1 ; II, 6, 17). La bienveillance d’un échange entre amis (amicitias et urbanitas sont des valeurs humanistes essentielles) tempèrent l’acrimonie et les moqueries, et s’exprime dans une forme qui privilégie la simplicité, tant stylistique que morale. Elle s’oppose ainsi au chant “sublime” de l’épopée (“magna”, Satires, I, 4).

Reprenant des éléments hérités d’Archiloque et de Lucilius, Horace donne à la satire latine sa forme définitive : une unité de sujet, une longueur qui va d’une centaine à quelques centaines de vers, et l’emploi de l’hexamètre dactylique, vers héroïque utilisé par Virgile dans l’Enéide. Horace, dans ses Satires dénonce pêle-mêle les déviances sexuelles, l’avarice, la fanatisme des néophytes, et divers types de fâcheux. Quelques attaques politiques inoffensives subsistent, mais moins incisives que chez ses prédécesseurs puisque Horace, républicain repenti, a prêté allégeance au nouveau régime et fait partie de l’entourage d’Auguste. Renonçant au champ politique qui était celui de Lucilius, il préfère des critiques d’ordre éthique et esthétique, et ne s’épargne pas même parmi ses propres cibles. Mais même dans ce contexte de l’Empire naissant, il ne saurait se taire et cesser d’écrire, quoi qu’il doive lui en coûter  : toujours intègre (“integer ipse“), il lui faut dire le vrai, et mépriser qui mérite le mépris : “si quis opprobriis dignum latraverit, integer ipse  ? – Solventur risu tabulae, tu missus abibis”:

Si l’auteur pour son compte, exempt de tout défaut,
Ne blesse qu’un fripon, ou n’a berné qu’un sot ? —
Oh ! tout le monde alors approuvant la satire,
Le procès finira par des éclats de rire.” (Horace,
Satires, II, 1, trad. L.-V. Raoul, 1829)

Boileau sera tributaire non seulement des principes formels, mais aussi des thèmes et des procédés horatiens : attaques ad hominem, morale de la modération (voir par exemple chez Boileau Satires, IV, v.  60-71), moins épicurienne sans doute, du moins dans les Satires. Horace expurge peu à peu ses satires des éléments triviaux, au fur et à mesure qu’il se rapproche du pouvoir, selon une évolution qui n’est pas sans préfigurer celle de Boileau lui-même. C’est également le satirique latin qui a enseigné à son disciple français l’art de la mise à distance  : la réflexivité du genre satirique, amené à s’interroger sur lui-même, ou encore la mise en scène volontiers critique du poète à travers un autoportrait partiellement autobiographique, deux  procédés essentiels qui trouvent leur origine chez Horace.

L’un prétend que, trop libre en mes écrits caustiques,
Et transgressant les lois des anciens satiriques,
J’exerce la censure avec trop de rigueur ;
L’autre trouve mes vers traînans et sans vigueur,
Et pense qu’aisément chacun, du même style,
Dans une matinée en composerait mille. (Horace, Satires, II, I)

Au plan de la forme, Boileau emprunte aussi à Horace son style attique, dont les deux traits dominants sont la brevitas et le labor limae

Oui, j’ai dit que sans art et d’un jet trop facile,
Quelquefois un vers dur échappait à Lucile.
Qui serait à ce point de Lucile engoué,
Que de nier un fait par chacun avoué  ?
Il a, me direz-vous, d’une gaîté caustique,
Sur Rome, à pleines mains, versé le sel attique  ;
J’en conviens […]
Mais, pour avoir ce don, que nul ne lui conteste,
Faut-il absolument lui donner tout le reste   ? […]
La satire demande un style vif, pressé,
Qui jamais de grands mots ne marche embarrassé ;
Et, de mille façons se repliant pour plaire,
Il faut que, tour à tour, sérieuse ou légère,
Ici, de l’éloquence elle sème les fleurs,
Là, de la poésie étale les couleurs  ;
Et quelquefois laissant la pompe du langage,
Emprunte aux gens du monde un riant badinage. (Horace, Satires, I, X)

Travail, brièveté, variété, badinage apparaissent ainsi comme le coeur de la pratique horatienne de la satire régulière. Ecrire peu, et prendre le temps de polir des vers (cf. Boileau, Art poétique, I, v. 63, 171-172) sont pour nos deux auteurs les qualités essentielles qui distinguent le bon poète du mauvais. Enfin, Boileau retient d’Horace la diversité des thèmes abordés (comme le repas ridicule, Satires, II, 8 repris dans la satire III ; ou le thème du voyage, hérité de Lucien, et réduit chez Boileau à une modeste circumnavigation parisienne dans la satire VI), le mélange des formes (recours à la fable, comme celle du “rat de ville et le rat des champs”, en Satires, II, 6 ; cf. chez Boileau celle des huîtres, Epîtres, II, v. 41), ou encore le ton volontiers parodique à l’égard de l’épopée. Ainsi, chez Horace, dans la 5e satire du second livre, Ulysse et Tirésias se retrouvent transformés en bourgeois de la Rome augustéenne, selon un procédé qui n’est pas sans faire songer au burlesque des années 1650 : le héros de Troie, ruiné par les prétendants, aspirant à s’enrichir, consulte le devin Tirésias; celui-ci avant de repartir chez les morts, conseille à Ulysse de devenir capteur d’héritage:

Allons, j’appelerai le courage à mon aide.
Sous un joug plus cruel il m’a fallu fléchir  ;
Mais, en deux mots, comment puis-je encor m’enrichir  ?
— Je te l’ai déjà dit, et vais te le redire  :
Sur de bons testaments sache te faire inscrire  ;
Captive les vieillards ; et le rusé patron [protecteur]
Eût-il une ou deux fois évité l’hameçon,
Ne te rebute pas. (Horace, Satires, II, 5)

Les héros d’autrefois veulent désormais de l’or, et sont réduits à servir les puissants, fussent-ils des affranchis : 

— Moi ! que d’un vil esclave augmentant le cortège,
J’aille d’un tel affront briguer le privilège  ?
Est-ce ainsi qu’on m’a vu, par d’immortels exploits,
Marcher, sous Ilion, l’égal des plus grands rois  ?
— En ce cas, reste pauvre. — Il faut donc que je cède. (ibid.)

L’héroïsme, l’honneur, la gloire ne sont plus de saison dans la Rome impériale: l’intrigue et la ruse sont désormais les sûrs moyens de parvenir. Horace, à travers son livre, paraît moins indigné qu’Archiloque et Lucilius (et plus tard Juvénal), sa critique est aussi moins débridée que dans les Epodes ; il adopte une posture plus distante, ironique et enjouée, usant de l’hexamètre dactylique pour décrire avec une légèreté “enjouée” ce monde vulgaire et quotidien : “Horace à cet aigreur mêla son enjouement” note Boileau (Art poétique, II, v. 151).

Les extraits précédents montrent aussi que la satire horatienne, comme le sera celle de Boileau, est volontiers théâtrale : empruntant à la comédie son rire purificateur et thérapeutique, la satire est une scène où dialoguent un satiriste et son interlocuteur, amical ou hostile. Il faudrait se garder de confondre ce satiriste, aussi stéréotypé que ses cibles, avec l’auteur du texte : le “je” qui s’exprime est un personnage (persona signifie masque) assez figé : homme vertueux, passionné pour la vérité, indigné face aux injustices, animé d’une franchise qui l’empêche de se taire (“Quel que soit mon destin, je veux faire des vers”, “Quisquis erit vitae, scribam, color”, Satires, II, 1), volontiers “laudator temporis acti” (“celui qui fait l’éloge du passé”, Horace, Art poétique, v. 173) et regrettant les vieilles vertus d’autrefois, (“mores antiquae plebis”, Horace, Satires, II, 7, v. 23). De même que le “je” qui s’exprime dans la poésie lyrique d’un Pétrarque ou d’un Ronsard n’exprime pas nécessairement des sentiments sincères, de même le “je” satirique n’est pas le reflet des individus Horace ou Boileau : les écrivains se composent un double, doué d’un éthos (caractère) inscrit dans un système énonciatif dialogique et complexe. Nous ne manquerons pas d’en reparler.

« Rien ne lui avait plus réussi que ce qu’il avait imité de Perse »

« J’ai souvent ouï dire à l’auteur que dans tout ce qu’il avait pris de ces trois poètes, rien ne lui avait plus réussi que ce qu’il avait imité de Perse » écrivait Le Verrier, ami et commentateur de Boileau. En apparence pourtant, l’oeuvre de Perse (65-128), satiriste au style obscur marqué par le stoïcisme, n’eut pas sur Boileau la même influence déterminante que celle d’Horace ou Juvénal ; nous aurions tort toutefois de le négliger complètement, ainsi que l’explique Volker Schröder dans son article consacré à cette question6. Face à un adversarius corrompu, Perse assume le masque du vir bonus, l’homme de valeur, dont la vertu plonge ses racines dans la philosophie stoïcienne d’une part, et dans un attachement à la vraie liberté de l’autre : non la libertas politique disparue, mais la liberté intérieure et morale du philosophe, qui lui donne la force de résister à ses mauvaises passions (Perse, Satires, V, “libertate opus est”, “je suis libre”). En philosophe, et à l’image de Démocrite, Perse ne peut s’empêcher de rire de la folie du monde : “Sum petulanti splene : cachinno”, “j’ai la rate pétulante : j’éclate de rire” (Satires, I). Si Perse se présente comme le continuateur d’Horace, il n’ignora pas non plus la tradition grecque, comme le montre son usage du trimètre ïambique (plus précisément du choliambe). 

Boileau mentionne plusieurs fois Perse, dont il souligne la brièveté des vers “serrés et pressants”, mais dont il regrette aussi toutefois l’affectation et l’obscurité (Art poétique, II,  v. 155-157). Surtout, Despréaux souligne le courage du troisième satirique latin : influencé par le stoïcisme, explique l’auteur du Discours sur la satire (p. 119), Perse en effet n’hésita pas à braver l’empereur Néron en raillant les méchants vers écrits par l’empereur. La satire IX reprend la première satire de Perse, où le poète s’attaquait à un goût littéraire efféminé inspiré par la Grèce. Ce texte donna à Boileau le modèle de ses critiques contre les écrivains de son temps qui, comme les cibles de Perse, pratiquaient une poésie brillante, mais superficielle et factice, réputée venir non de Grèce mais d’Italie.

— Quel style ! Ô mes amis, si nous étions des hommes,
Écrirait-on ainsi dans le siècle où nous sommes  ?
Et comment lisent-ils, ces auteurs impudents  ?
D’un air efféminé, sans presque ouvrir les dents,
Et de leur doux Atis l’expression lascive
Semble fondre en leur bouche et tomber en salive.
Ah ! jamais d’Apollon suivant les dures lois,
L’auteur de pareils vers ne se rongea les doigts,
N’ébranla son plancher, ne brisa son pupitre.
— D’où vous vient ce délire ? à quoi bon, à quel titre,
Aux grands dont ce langage aigrit la vanité,
Sous des traits si mordants offrir la vérité  ?
Entendez-vous les chiens qui grondent à leur porte  ?
— En ce cas, mes amis, bon ou mauvais, n’importe,
Maintenant rien n’est mal, rien ne blesse mes yeux.
Vous êtes tous, oui tous, des êtres merveilleux.
Est-ce assez ? entendrai-je encore quelque plainte  ?
— Profanes, loin d’ici, respectez cette enceinte.
— Peignez donc deux serpents, et qu’on lise à l’entour  :
Les dieux dans cet asile ont fixé leur séjour,
Enfants, éloignez-vous. Pour moi, je me retire  ;
Je renonce à parler, et ne veux plus écrire.
Mais quoi ! Lucilius, satirique mordant,
N’a-t-il pas mille fois déchiré sous sa dent
Lupus et Mutius et Rome toute entière  ?
Et voyez, après lui, dans la même carrière,
Avec quelle finesse, Horace, sans aigreur,
Sans offenser les gens, se joue autour du cœur,
Et des traits délicats d’une aimable satire,
Effleure, en badinant, ses amis qu’il fait rire  !
Nul d’un ton plus moqueur n’a raillé les romains.
Et moi, creusant ici la terre de mes mains,
Je n’oserai du moins en secret, à voix basse…
— Gardez-vous-en. — Il faut que je me satisfasse,
Il le faut ; oui, mes vers, je vous le dis tout bas,
J’en suis sûr, je l’ai vu : Midas, le roi Midas
A des oreilles d’âne. (Satires, I, trad. Louis-Vincent Raoul, 1829, cf. Boileau, Satires, IX, v. 275 sqq.)

Boileau se fera une spécialité des attaques dirigées contre ses pairs au goût dépravé. La fin du texte mérite d’être éclaircie : puni par Apollon, Midas avait reçu des oreilles d’âne qu’il dissimulait sous sa couronne ; mais son barbier s’en aperçut et, ne pouvant garder ce secret pour lui, et craignant la vengeance du roi s’il répandait cette nouvelle, il alla le crier à la terre, persuadé qu’elle saurait garder le silence. Mais il se trompait: les roseaux n’eurent de cesse de le redire : “Midas, le roi Midas a des oreilles d’âne…”. Chez Perse, cette référence à Ovide déguise une attaque contre Néron. Boileau reprend cette allusion ovidienne dans la satire IX “à son esprit” (Satires, II, v. 220), pour illustrer l’irrépressibilité de l’inspiration satirique : la victime est ici son rival Jean Chapelain, “roi des auteurs” qu”on “élève à l’Empire”. La fable de Midas sert, chez Boileau comme chez Perse, à débusquer un usurpateur tyrannique, mais Despéraux se cantonne au champ littéraire7. Les ennemis de Boileau, explique Claude Brossette, ne manquèrent pas d’alerter le roi : Pellisson tâcha de le prévenir Louis XIV que « Mr. Despréaux  avait eu à l’égard du roi, le même dessein, que Perse avait eu contre Néron”8. Boileau, comme Perse avant lui dans sa première satire, prenait des risques. D’après Louis Racine, cette satire “fut très mal reçue, lorsqu’il en fit les premiers lectures”, sans lui attirer pourtant l’animosité du pouvoir royal.

La satire VIII, qui dans l’ordre chronologique de composition suivit la neuvième, confirme l’importance de Perse sur son oeuvre: Brossette déclare que cette pièce est “tout à fait dans le goût de Perse, et marque un philosophe chagrin qui ne peut souffrir les vices des hommes”. En effet, Boileau y reprend l’argumentaire et le point de vue de la satire V de Perse, d’inspiration stoïcienne : le poète latin y célébrait la liberté du sage, capable de résister aux passions qui tentent de le tyranniser. Le thème de la folie généralisée, qu’on trouve aussi dans la satire IV de Boileau, est également emprunté à Perse:

Autant d’hommes, autant de penchants ici-bas.
Ce qui plaît à Pollux, Castor ne l’aime pas  ;
L’un, aux lieux où Phœbus fait, en sortant de l’onde,
Sentir les premiers feux de sa chaleur féconde,
Ira, contre le poivre et le pâle cumin,
Échanger les produits du commerce romain  ;
L’autre, gonflé de mets et noyé dans l’ivresse,
Dort et s’engraisse au sein d’une lâche mollesse  ;
Celui-ci met sa gloire à vaincre au champ de Mars  ;
Celui-là court du jeu les funestes hasards. […] (Perse, Satires, V)

Comme l’a montré V. Schröder, l’inspiration persienne contribue à modifier le ton de la satire VIII de Boileau, qui précède sa longue retraite satirique; si dans ce texte Despréaux n’oublie pas ses cibles de prédilection, comme Cotin ou Rolet, la dénonciation se fait plus universelle : la démence du monde, ou la stigmatisation allégorique de l’avarice, empruntée par Boileau à son modèle, prennent place au sein d’un texte où domine un registre moral, attestant l’importance de plus en plus marquée au fil de l’oeuvre du plus “philosophique” des satiristes latins9.

“Juvénal de sa mordante plume” (Satires, VII, v. 77)

Juvénal (65-128), né trois ans après la mort de Perse, est le dernier grand satirique latin. Il laissa un livre de seize satires, dont la composition s’échelonna entre 90 et 127. Il serait mort en Afrique ou en Orient : alors octogénaire, il y aurait été envoyé en exil par le pouvoir, en châtiment de son oeuvre. Si Juvénal se conforme la forme de la satire telle qu’elle a été fixée par ses prédécesseurs, le ton de ses pièces est très différent : la véhémence et la virulence l’emportent sur le sourire moqueur d’Horace ou la rigueur dogmatique de Perse : pour Juvénal, “Facit indignatio versum”, “C’est l’indignation qui fait jaillir la poésie” (Juvénal, Satires, I, v. 79). Rome constitue sa grande source d’inspiration, et sa cible principale : sa plume trempée “des flots de fiel et d’amertume” (Boileau, Satires, VII, v. 78) nous trace le portrait au vitriol d’une Ville bigarrée et cosmopolite, à ses yeux décadente et transformée en vaste lupanar.

Certes, au plus patient des mœurs de cette ville,
De laisser la satire il serait difficile (difficile est saturam non scribere)
Eh ! quel homme, fût-il ou de marbre ou d’airain,
Aux flots de sa colère imposerait un frein,
Quand Mathon, récemment doté d’une litière,
De sa rotondité l’emplit seul tout entière ?
Quand arrive après lui cet autre délateur,
D’un illustre patron cruel persécuteur,
Avide encor du peu qui reste à la noblesse ; […]
Quand il nous faut céder nos droits héréditaires
A ces gens que, pour prix de leurs nuits mercenaires,
Une vieille opulente élève jusqu’aux cieux ?
Car c’est là des honneurs le chemin glorieux !
Un douzième à Gillon, et le reste à Procule ;
C’est d’après la vigueur que le legs se calcule.
Les lâches ! […]
Qui peindrait mon courroux quand je vois ce tuteur,
De l’enfant qu’il dépouille, avare corrupteur,
D’un troupeau de clients embarrasser la ville […]?
(Juvénal, Satire, I, trad. Louis-Vincent Raoul, 1842)

C’est la fureur haineuse d’Archiloque qui anime le poète. Sa persona est celle d’un “vir bonus” (homme vertueux), vieux Romain frustré et terrifié face à une société en proie à la corruption : pressé d’écrire par le spectacle de cette scène monstrueuse (“difficile est saturam non scribere”), il regrette l’âge d’or de la Rome républicaine, lointaine époque de vertu et de frugalité, bien avant que toute la Ville tombe aux mains des affranchis richissimes, et des étrangers venus d’Orient. 

L’homme vivait alors sans vice héréditaire :
De cette chasteté, l’honneur du siècle d’or,
On put sous Jupiter voir quelque trace encor ;
Mais c’était Jupiter en sa tendre jeunesse,
Quand le parjure était inconnu dans la Grèce,
Quand chacun, pour ses fruits ne craignant nul larcin,
Dormait en sûreté sans clore son jardin.
Depuis, loin des mortels, dans les cieux retirés,
La Pudeur s’est enfuie avec sa sœur Astrée.
(Juvénal, Satire VI)

Les vieux Latins n’ont plus leur place dans la capitale de l’Empire. Juvénal dénonce la débauche, les parvenus, les homosexuels, et bien sûr les femmes, auxquelles il consacre la satire VI : il leur reproche leur piété excessive, leur goût pour l’astrologie, leur hâte d’hériter de leur mari. En politique, s’il attaque les empereurs, il prend la précaution de ne viser que les morts, comme Domitien (satire IV, contre “Néron le chauve”). Mais ce sont aussi les mauvais écrivains qui le poussent à sortir de son silence et provoquent sa salutaire indignation :

Me faudra-t-il toujours écouter sans répondre  !
Sans pouvoir, sots lecteurs, à mon tour vous confondre  !
Quoi ! Codrus s’enrouant jusqu’à perdre la voix,
M’aura de son Thésée assassiné cent fois  !
J’aurai pu du Téléphe endurant la lecture,
Pendant tout un grand jour, rester à la torture  !
L’un m’aura sans pitié lu ses drames latins  !
L’autre, en vers langoureux, soupiré ses chagrins  ?
Celui-ci, dans vingt chants, en attendant le reste,
Page, marge et revers, déclamé son Oreste  !
Et je le souffrirai   ! (Juvénal, Satires, I)

A l’enjouement horatien se substitue le blâme et le sarcasme, tandis que la tragédie remplace la comédie de moeurs, dans un style brûlant que la grandiloquence apparente au sublime. Juvénal nous dépeint, d’un souffle quasi épique et avec une horreur fascinée, un univers interlope, grouillant de perversion et de de monstres. Nous sommes loin des causeries épicuriennes d’Horace : renonçant aux dialogues, Juvénal assène les vieux lieux communs de la morale réactionnaire ; c’est à la lumière de son passéisme qu’il juge les dérèglements de son temps.

On lit parfois que le jeune Boileau aurait d’abord été très influencé par Juvénal, avant de se rallier par la suite au badinage d’Horace. L’inspiration juvénalienne est, effectivement, très sensible  dans la satire I : la “muse altière” et “rustique” (, v. 49-50) de Damon, sa “vertu sauvage” ennemie de la compromission (v. 57), sa “colère” et sa “rage” (v. 19-21) rappellent l’éthos du contempteur de Rome. Le spectacle de la Ville corrompue suscite l’indignation véhémente de Damon, et fait naître irrésistibelement des vers tout brûlants de courroux :

Et quel homme si froid ne seroit plein de bile,
À l’aspect odieux des mœurs de cette ville ?
Qui pourrait les souffrir ? et qui, pour les blâmer,
Malgré Muse et Phébus n’apprendroit à rimer ?
Non, non, sur ce sujet pour écrire avec grâce,
Il ne faut point monter au sommet du Parnasse  ;
Et, sans aller rêver dans le double vallon,
La colère suffit, et vaut un Apollon. (v. 137-144)

Ces quelques vers offrent un condensé de la topique de Juvénal, et reprend son ton à la fois grave et réprobateur. Boileau, par la suite, se serait ensuite rallié au badinage enjoué et souriant d’Horace. En fait, cette double influence est partout perceptible. La satire X contre les femmes est d’inspiration juvénalienne, et la dernière satire tient davantage du tragique de Juvénal que de la comédie horatienne ;  c’est sans détachement que le poète s’indigne de la Saint-Barthélémy (v. 244-256) et du laxisme des jésuites (v. 285 sqq.). Marc Martinez et Sophie Duval estiment même que, plutôt que l’Horace de France, Boileau en serait plutôt le Juvénal:

Si Boileau, auteur de Satires, d’Epitres, et d’un Art poétique, peut sembler l’Horace de l’âge classique et s’il imite souvent le protégé de Mécène, c’est cependant dans la virulence du blâme juvénalien qu’il trouve le vecteur d’une satire à la fois vertueuse et corrosive. Dans sa satire X contre les femmes, imitée de la satire VI de  Juvénal, Boileau s’inspire de la misogynie du Latin pour vilipender l’influence pernicieuse des maîtresses de salon sur le goût littéraire […]. La jubilation dans l’attaque cinglante marque son attachement à une esthétique juvénalienne (Marc Martinez, La Satire, op. cit., p. 136).

Pour Boileau, les “sublimes beautés” des “écrits pleins de feu” de Juvénal (Art poétique, II, v. 160 et 167) hissent la satire vers cette “grandeur” dans laquelle il voit le véritable objet de la poésie.

“Régnier, seul parmi nous formé sur leur modèle” (Art poétique, II, v. 169)

Boileau, selon une pratique habituelle chez les Anciens, exhibe volontiers sa dette envers les Latins, et, habituellement, minimise ou passe sous silence l’influence qu’exerce aussi sur lui les modernes. A plusieurs reprises, toutefois, il rendit hommage au grand satirique du début du siècle, Mathurin Régnier, “disciple ingénieux” des Latins, plein de “grâces nouvelles” (Art poétique, II, v. 168 sqq.). Un détour par la Renaissance et l’humanisme s’impose pour comprendre par quels relais le genre de la satire régulière fut transmis jusqu’à Despréaux, et le rôle éminent de Régnier dans cette acclimatation de la satire régulière en France.

*

La Renaissance ne fut pas d’emblée favorable à la satire. Oubliée au Moyen-Âge, elle fut pratiquée par Marot, mais sous forme de coq-à l’âne et non selon les principes luciliens et horatiens. Diverses critiques, à caractère religieux ou politique, s’y enchaînent en une succession apparemment décousue :

Il n’est pas possible qu’on sorte
De ces Cloistres aulcunement,
Sans y entrer premierement,
C’est ung argument de Sophiste.
Et qu’ainsi soit, ung bon Papiste
Ne dit jamais bien de Luther,
Car s’ilz venoient à disputer,
L’ung des deux seroit Heretique.
Oultre plus, une femme Ethique
Ne sçauroit estre bonne bague:
D’advantage, qui ne se brague, [=se vante]
N’est point prisé au temps present:
Et qui plus est, ung bon present
Sert en Amours, plus que babilz.
[…]
Or Lyon, puis qu’il t’a pleu veoir
Mon Epistre jusques icy,
Je te supply m’excuser, si
Du Coq à l’Ase voys saultant,
Et que ta plume en fasse aultant,
Affin de dire en petit Metre,
Ce que j’ay oublié d’y mettre. (Clément Marot, Coq-à-l’âne, 1531)

La satire régulière ne rencontra pas non plus la faveur de la Pléiade : les poètes de ce cénacle lui préféraient l’éloge ; ils pratiquaient leur veine satirique dans des formes qui n’étaient pas directement héritières d’Horace et Juvénal : certaines Odes, le Livret des fôlatries et le Discours des misères du temps de Ronsard retiennent des souvenirs d’Horace, mais sans obéir à la forme contrainte de la satire lucilienne. Néanmoins, à défaut d’oeuvres, un discours théorique sur la satire régulière émerge peu à peu.

  • Jules-César Scaliger (1484-1588), dans ses Poetices libri septem (1561), consacre une section à la satire : il considère que les Latins ont emprunté le genre au grec, et que la satire latine reste redevable à la tradition grecque du satyre chèvre-pied. Le genre apparaît ainsi pour lui toujours lié aux débordements dyonisiaques des faunes et des nymphes.
  • Isaac Casaubon (1559-1614) dans son essai De Satyrica Graecorum Poesi et Romanorum Satira libri duo (1605), défend une position divergente : il distingue le drame satyrique grec de la satire latine régulière, et rétablit pour cette dernière l’étymologie habituelle, satura lanx (le plat ou le ragoût composé de mets variés). Il reste assez peu écouté.

La satire régulière française, qui émerge assez lentement, mêle donc les deux traditions : entre 1590 et 1623 se multiplient en effet les recueils de “satyriques” qui, fidèles à la tradition du chèvre-pied bien plus qu’au fin sourire d’Horace, sont volontiers lascives et licencieuses. Ces oeuvres scabreuses et libertines connurent une grande vogue sous le règne de Henri IV : le Vert-Galant n’était pas prude, aimait les saillies et détestait l’hypocrisie. Cette période constitua un “âge d’or” (P. Debailly) de la satire en France. Le premier de ces recueils libres du XVIIe siècle fut publié en 1600 sous le titre de La Muse folâtre. L’ouvrage connut aussitôt un succès qui fut durable : il fut édité quinze fois jusqu’en 1640. En 1609 paraissent les Muses gaillardes. Imitant Marot et Rabelais, les auteurs prennent quelque distance irrévérencieuse avec la Pléiade et surtout avec Malherbe, peu présent dans ces compositions, mais ce recueil, qui réunit épigammes, stances, chansons, aubades, ou odes, ne contient pas à proprement parler de “satire”. L’étymologie fantaisiste qui rapprochait la satire et la figure du satyre autorisait toutes les gauloiseries, alors que l’intention critique et surtout morale restait pour le moins discrète.

Enfin Régnier vint : c’est sous le règne de Henri IV que vécut le grand prédécesseur de Boileau, Mathurin Régnier (1573-1613). Despréaux ne dissimule pas son admiration : il évoque “le célèbre Régnier, le poète français qui, du consentement de tout le monde, a le mieux connu, avant Molière, les moeurs et les caractères des hommes.” (Réflexions sur Longin). Dans ses seize satires, il adopte l’alexandrin à rimes plates et la forme lucilienne: l’emploi de l’alexandrin, l’imitation d’Horace et de Juvénal, tous deux mentionnés dès le seuil de son ouvrage, la révérence marquée envers la Pléiade, autant d’éléments qui contribuent à donner ses lettres de noblesse à un genre encore décrié :

Mais c’est trop sermonné de vice et de vertu.
Il faut suivre un sentier qui soit moins rebatu  ;
Et, conduit d’Apollon, recognoistre la trace
Du libre Juvenal : trop discret est Horace,
Pour un homme picqué (Régnier, Satires, II)

La préférence de Régnier pour Juvénal se justifie par son indignation (“homme piqué”). La prudence est toutefois de mise, et mieux vaut s’abriter derrière l’anonymat et édulcorer le goût piquant de la critique:

Cependant il vaut mieux sucrer nostre moutarde  :
L’homme, pour un caprice, est sot qui se hazarde.
Ignorez donc l’auteur de ces vers incertains,
Et, comme enfans trouvez, qu’ils soient fils de putains,
Exposez en la ruë, à qui même la mère,
Pour ne se découvrir, fait plus mauvaise chère. (satire II)

L’héritage d’Horace est sensible par exemple dans la satire sur le repas ridicule (satire X), même si l’ensemble de l’oeuvre est un creuset où se mêle souvenirs de Rabelais et de la Pléiade et influences des bernesques italiens. 

Mais chez Régnier, cette forme lucilienne reste mise au service d’un contenu qui reste débridé et conforme à la tradition “satyrique” de son temps. Boileau lui reproche cette hybridité dans l’Art poétique : Régnier “alarm[e] souvent les oreilles pudiques” (Art poétique, II,  v. 175). Le XIXe siècle contribua à diffuser la biographie légendaire du poète, déjà bien forgée par Régnier lui-même (satire II et IV): débauché, traînant au cabaret de la Pomme de pin, troussant les filles et vidant force chopes. Ce portrait fait partie de l’éthos du satiriste, dont Boileau héritera mais dont il aura aussi à se démarquer dans son ambition de légitimer le genre.

A en croire l’épître X (v. 101-102), l’ambition de Boileau se bornait à, “Studieux amateur et de Perse et d’Horace, / Assez près de Régnier s’asseoir sur le Parnasse”. Les satires de Despréaux entretiennent effectivement des liens étroits avec celles de son prédécesseur : il reprend par exemple le thème de la satire de l’honneur, inconnu des Anciens, et abordé par Régnier à la suite de Mauro dans la satire VI :

“Qu’ils n’en parlent donc plus, et qu’étrange on ne trouve,
Si je hais plus l’honneur qu’un mouton une louve  :
L’honneur qui sous faux-titre habite avecque nous,
Qui nous ôte la vie, et les plaisirs plus doux,
Qui trahit notre espoir, et fait que l’on se peine
Après l’éclat fardé d’une apparence vaine… […]
Qui vous veut faire entendre en ses vaines chimères…”.

Boileau adoptera à son tour la forme lucilienne, mais il s’emploiera à épurer la satire de Régnier des scènes heurtant les bienséances, et des détails qui doivent trop au réalisme bernesque, ainsi l’évocation des mauvais lieux où le poète rencontre des courtisanes défraîchies  : 

Voyait-on clairement au travers de ses os,
Ce dont sa fantaisie animait ses propos :
Le regret du passé, du présent la misère,
La peur de l’avenir, et tout ce qu’elle espère
Des biens que l’hypocondre en ses vapeurs promet
Quand l’humeur ou le vin lui barbouillent l’armet [la tête] (Satire XI)

Lamoignon félicita Boileau “d’avoir purgé ce genre de poésies de la saleté qui lui avait été jusqu’alors comme affectée… de ses trop grandes licences et de ses plaisanteries outrées”10. Boileau consomme la séparation de la satire et de la satyre  : la grivoiserie du chèvre-pied ne trouvera plus place dans une satura qui ne doit qu’aux modèles latins. Boileau supprime aussi le style proverbial et les dictons qui émaillaient les satires de Régnier, et qui lui semblaient comme les traces d’un parler populaire indigne du beau langage. Les Romantiques, pour leur part, goûteront ce pittoresque : ils regarderont  plus tard Régnier comme l’un des plus grands auteurs du siècle (il fut édité par Viollet-le-Duc). 

La veine de Régnier fut prolongée par le groupe de ceux qu’on appelle les satiriques normands, aux ambitions politiques plus marquées11: Courval-Sonnet (1577-1628), “le Juvénal bas-normand”, Jean Auvray (mort en 1623) ou Jacques du Lorens (1580-1655). Favorables au catholicisme, ils s’en prennent aux huguenots, aux financiers, à la pauvreté, aux  dysfonctionnements de la justice et aux abus de toute sorte qui frappent leur province. Selon Marc Martinez, leur satire se rapproche du genre de la “remontrance” ((La Satire, op. cit., p. 131)). Sonnet de Courval, par exemple, attaquait la pratique des custodinos qui consistait à confier des abbayes à des nobles sans vocation religieuse : ces bénéficiaires se contentaient de recevoir le revenu de ces sinécures, tout en continuant à mener dans le monde une existence profane. On entend le souffles des Tragiques dans la virulence des vers qui dénoncent ces méthodes : 

D’où viennent ces malheurs, d’où ont-ils pris naissance
Sinon de la maudite et orde confidence ?
S’il ne se trouvait point d’asseurez confidens.
Les seigneurs et les grands ne joiiiroient des biens
De l’Eglise de Dieu; bref, sans cet artifice,
Nul seigneur ne pourrait posséder bénéfice ,
Abbaye ou evesché. perfides voleurs!
Maudits confidens! vous causez ces mal-heurs!
Pervers custodinos, diabolique engeance ,
On devrait vous bannir du royaume de France,
Comme aspics venimeux et basilics mortels.
Qui corrompez de Dieu les sacrosaincts autels !

Les attaques littéraires, portant sur les méchants écrivains ou l’impureté de la langue, disparaissent de ce corpus au profit de la seule dénonciation des vices dans lesquels est plongée la société.

L’âge d’or de la satire prend fin en 1623. Cette année-là, un recueil satyrique jugé particulièrement subversif, le Parnasse satyrique, fit l’objet d’une condamnation sévère. Deux des principaux auteurs présumés de cette publication, Berthelot et, surtout, Théophile de Viau (1590-1626), durent s’enfuir pour échapper à une exécution, au motif de lèse-majesté divine. C’est non seulement la grivoiserie du volume qui attira sur Théophile les foudres judiciaires et ecclésiastiques, mais surtout le soupçon de libertinage philosophique et d’irréligion. 

La satire ne disparut pas complètement entre 1623 et 1660 : Du Lorens vit jusqu’en 1655 ; vers la même date, Scarron et Furetière écrivent quelques satires régulières. Emmanuel Bury a bien marqué les jalons qui ont assuré au genre sa survie avant que Boileau n’en ravive la flamme12. Malgré tout la satire lucilienne restait assez discrète pendant ce demi-siècle. Dans les années 1650, l’esprit satirique passait plutôt par d’autres formes  :

  • les “mazarinades”, ces pamphlets en vers et en prose qui parurent pendant la Fronde (guerre civile des années 1648-1653), dénonçant “le Mazarin” et les tentations absolutistes du pouvoir royal;
  • la “burlesque audace” de “Bergerac” (Art poétique, IV, v. 39)  ;
  • la comédie, réinventée par Molière ;
  • ou les Lettres provinciales de Pascal, qui exercèrent sur Boileau, comme sur toute sa génération, une profonde influence voire une fascination : le port-royaliste, dans des feuilles diffusées clandestinement en 1656-1657, y défendait Antoine Arnauld, futur ami de Boileau, menacé de perdre son titre de docteur de Sorbonne ; mais surtout, Pascal dénonçait aussi le laxisme de la morale jésuite, que Boileau accablera à son tour dans la satire XII, “De Pascal […] copiste misérable” (v. 325).

C’est donc un genre certes un peu délaissé mais pas complètement oublié que Boileau choisit d’embrasser à la fin des années 1650  : il le portera à son point d’aboutissement, en épurant la satire lucilienne de ses éléments jugés indignes des mœurs de son époque. L’œuvre satirique de Boileau constitua ainsi une éphémère apogée qui préluda, en France, à son déclin rapide : Boileau fut non pas le modèle, mais le “dernier grand satiriste humaniste”, selon la formule de Pascal Debailly.



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2020, 16 août). “Lucile le premier” (Art poétique, II, v.147): l’apogée d’une tradition. Boileau, l'insoumis. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4do

  1. Voir Robert C. Elliott, The Powere of Satire: ritual, art, Princeton University Press, 1960 []
  2. Voir par exemple Ch. Perrault, Riquet à la houppe []
  3. Poétique, 4, 1448 b []
  4. Gaston Boissier, “Satura tota nostra est”, in École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques, 1895. p. 7-16 []
  5. Ces deux épodes furent longtemps écartées par les traducteurs: Leconte de Lisle ne s’y est pas risqué []
  6. Volker Schröder, « “Midas, le Roi Midas”:  », Perse, Boileau et la liberté du satirique, in Gueux, frondeurs, libertins, utopiens. Autres et ailleurs du XVIIe siècle. Mélanges en l’honneur du Professeur Pierre Ronzeaud. Éd. Philippe Chométy & Sylvie Requemora-Gros, Aix-Marseille : Publications de l’Université de Provence, 2013, p. 287-295, url : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02431266/document []
  7. Il reprendra l’image du roi Midas à la fin de sa douzième satire, à l’encontre des jésuites de Trévoux cette fois, Satires, XII, v. 344 []
  8. OEuvres de Mr. Boileau Despreaux, avec des éclaircissements historiques, donnés par lui-même, éd. Claude Brossette, Amsterdam, Westein, 1717, t. I, p. 153. []
  9. Comme le note V. Schröder dans l’article mentionné plus haut, c’est Casaubon qui désignait Perse comme “le plus philosophique des satiriques” []
  10. Cité par Emmanuel Bury, “La poésie selon Boileau. Entre classicisme et néoclassicisme”, Revue européenne de recherches sur la poésie, n° 3, 2017, p. 37-50 []
  11. Voir Les poètes satiriques normands du XVIIe siècle, Actes du colloque tenu à l’université de Caen Basse-Normandie (13-14 octobre 2011) réunis par Jean-François Castille et Marie-Gabrielle Lallemand, Presses universitaires de Caen, 2015 []
  12. Emmanuel Bury, “Fortunes et infortunes des satiriques latins de la mort de Régnier à la publication des premières satires de Boileau”, in Littératures classiques, 24, 1995, p. 49-63 ; url : https://www.persee.fr/doc/licla_0992-5279_1995_num_24_1_2274 []