Boileau décoiffé

Le mal-aimé

Est-il aujourd’hui dans notre littérature un écrivain plus détesté que Boileau ? L’ouvrage de Philippe Beck, paru en 2015 chez Fayard1, véhicule l’image généralement admise depuis les Romantiques d’un « doctrinaire », « didactique », promoteur d’une « rhétorique versifiée » (p. 19). Depuis Musset, qui laisse éclater sa « haine de Boileau », jusqu’à Ponge, qui le réduit à l’emploi de balayeur de voirie, Boileau, depuis deux cents ans, fait l’objet de la détestation des meilleurs esprits. Ses admirateurs lui firent plus de tort peut-être encore que ses adversaires : « icône centrale »2 des néoclassiques, il fut plus tard adulé par Lanson au nom d’un nationalisme revanchard, au temps de la Troisième République (« Nous autres Français, nous avons tous Boileau dans le sang, dans les moelles »). Ce Boileau législateur et arbitre du goût ne nous touche plus guère. De telles louanges nous hérissent peut-être même davantage que les condamnations acerbes des Romantiques. Tentons de le lire sans prévention : c’est peut-être pire encore. Son ton péremptoire de censeur sourcilleux nous insupporte lorsqu’il distribue les éloges et les blâmes au gré de ses froids principes, ou de ses rancunes tenaces. Si encore nous partagions les jugements que cet austère régent portait sur ses contemporains ! Certes, nous admirons encore Racine et La Fontaine, mais pour les autres… nous goûtons davantage aujourd’hui Ronsard que Malherbe; nous préférons Saint-Amant et Théophile à Racan. Nous avons même appris à apprécier les vers de Quinault, transfigurés par la musique de Lully. Pendant la seconde moitié du XXe siècle, les défenseurs du baroque littéraire et musical portèrent au théoricien dogmatique le coup fatal, renversant l’échelle des valeurs, et réhabilitant avec succès les « victimes de Boileau », qui prirent bientôt la place de leur adversaire dans les manuels scolaires et les programmes d’université. La codification, le culte d’une « raison » étroite et bornée, la vénération des «grands genres», et par-dessus tout l’admiration obligée firent du « régent du Parnasse » un auteur du troisième rayon. Par un de ces retournements dont l’histoire littéraire est féconde, ce sont aujourd’hui les oeuvres de Boileau qui sont devenues presque introuvables dans les librairies. Le volume de la Pléiade, qu’Antoine Adam et Françoise Escal procurèrent en 1966, est épuisé depuis belle lurette. A l’heure où j’écris ces lignes (7 juin 2020), même l’ouvrage au programme du concours est indisponible, et aucun autre éditeur ne propose les satires en version de poche. La désaffection ne pourrait être plus complète. Boileau est aujourd’hui l’objet d’un « ostracisme », regrette justement Delphine Reguig: “L’enjeu est, pour nous lecteurs du xxie siècle, de conjurer un risque
de perte. Car Boileau souffre aujourd’hui d’un réel ostracisme chez la plupart des spécialistes français du dix-septième siècle.”3.

L’insoumis

Et si nous nous étions trompés ? Et si Boileau valait mieux que les condamnations à l’emporte-pièce, aussi bien que les éloges trop raisonnables et trop patriotiques ? Le programme d’Agrégation, en proposant Les Satires, fait surgir du poète une image inattendue : celle d’un jeune mousquetaire de la plume, rebelle, étourdi, libertin, ferraillant contre les institutions et les autorités en place, « décoiffant » Chapelain, alors conseiller culturel tout-puissant de Colbert et de Louis XIV. Dira-t-on qu’il s’assagit avec le temps, et que les pensions royales le bâillonnèrent dans son âge mûr ? Voire: dans les années 1670-1690, nous le voyons ferrailler contre Perrault, Desmarets et les autres Modernes, fonctionnaires de la culture officielle qui détenaient la plupart des postes et soumettaient  le champ littéraire à la mystique royale. La querelle à peine refermée, en 1694, Boileau publie la dixième satire qui s’en prend aux femmes, au moment où celles-ci règnent sans partage sur le monde des lettres aussi bien que dans le lit du roi, et où chaque écrivain se croit tenu de les louer et les flatter au seuil de ses ouvrages : on pourra juger douteuse la misogynie du poète, qu’on lui reprocha d’ailleurs vertement, mais elle n’en trahit pas moins une vraie témérité. Quant à la douzième satire, composée neuf ans plus tard, elle attaque avec virulence les jésuites, désormais les maîtres du cœur du vieux monarque : Boileau ne put jamais obtenir l’autorisation d’imprimer cette pièce sulfureuse. Tout vieux et infirme, il n’avait rien perdu de son courage ni de sa détermination à pourfendre le ridicule et les injustices. Boileau épris de liberté et d’indépendance au temps de son orageuse jeunesse, ne renonça jamais à son anti-conformisme. Indigné par la bêtise et la médiocrité, pressé de prendre la plume pour dénoncer les abus qui l’insupportent, tel fut aussi ce poète combatif, ardent polémiste non seulement par goût des joutes ou espoir de parvenir, mais aussi et surtout par amour de la vérité. Ses Satires, mais aussi son Art poétique, laissent voir un écrivain révolté contre les injustices, insoumis, rebelle, engagé au service de la vérité. Du libertinage de sa jeunesse au « jansénisme » de son âge mûr, Boileau s’enrôla par conviction auprès des persécutés pour leur foi ou pour leurs opinions. Ceux qu’il attaque, ce sont les puissants du jour et les gens en place: la foule des poètes mondains, dont il ne supporte pas la médiocrité; les femmes, qui règnent sur les salons et jusque dans le cœur du prince; Chapelain, maître d’une politique culturelle contestable; Perrault, “apparatchik”((L’expression est de Marc Fumaroli)) du pouvoir célébrant jusqu’au délire la grandeur de son temps; ou encore les jésuites qui, à l’époque de la satire XII, subjuguent un roi vieillissant. Tout au long de sa vie, Boileau resta fidèle à cette soif de vérité qui ne cessa de l’animer, quitte à déplaire et à s’attirer bien des inimitiés. Professant pour la poésie la plus haute des ambitions, il méprise la froide versification et la raison bornée: son idéal littéraire est celui d’un sublime qui s’accommode aisément d’imperfections, pourvu qu’il tende à la vraie grandeur. Parmi la masse sans nombre des plumitifs sans talent, il reconnaît le génie de La Fontaine, de Racine, de Molière, et même de Corneille, que ses adversaires avaient pourtant cru rallier à la cause des Modernes. 

«Le cœur seul »

Boileau refusait qu’on l’appelât « Régent du Parnasse », quolibet donné par ses adversaires et qui lui reste pourtant aujourd’hui encore attaché. L’Art poétique ne fut pourtant jamais la leçon versifiée d’un professeur sans imagination. Ce texte, qui se présente comme une épître, n’est-il pas plutôt une satire de plus, et comme un manifeste provoquant lancé à la face d’adversaires bien installés dans les positions de pouvoir ? Dans les quatre chants de son ardent poème, Boileau exalte le sublime, réclame du « feu » et des merveilles, exige de la hauteur, condamne la médiocrité de ses contemporains. Rien ne lui répugne tant que les mièvres versificateurs sans inspiration, ou les pointes factices des petits marquis élégants et mondains. La poésie que défend Boileau est d’une autre trempe que les madrigaux débités dans les salons : ennemi déclaré  des « froids raisonnements », Boileau veut de « la passion », il n’admet que les vers qui viennent du « coeur »,  et y retournent.

Vraiment, comment a-t-on pu à ce point se méprendre  ? Quoi d’étonnant si Hugo admire Boileau comme un précurseur, et lui rend un vibrant hommage en concluant la préface de Cromwell, à travers une élogieuse citation du « discours sur l’ode » : 

Ils traitent surtout de ridicules ces endroits merveilleux où le poëte, afin de mieux entrer dans la raison, sort, s’il faut ainsi parler, de la raison même. Ce précepte effectivement, qui donne pour règle de ne point garder quelquefois de règles, est un mystère de l’art qu’il n’est pas aisé de faire entendre à des hommes sans aucun goût…

Comment la critique scolaire a-t-elle pu se méprendre à ce point sur cet auteur, qui mérite plus qu’aucun des prétendus « classiques », d’être enfin réévalué ? Comment s’est-on aveuglé au point d’ignorer que Boileau fut le vrai Romantique du XVIIe siècle ? C’est l’une des questions que nous aurons l’occasion de nous poser à la rentrée.



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2020, 8 juillet). Boileau décoiffé. Boileau, l'insoumis. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4dg

  1. Contre un Boileau, un art poétique []
  2. Frédéric Briot: « L’icône centrale, pour le XVIIe siècle tel que le XIXe siècle dit qu’il le voit, c’est Boileau » (« Boileau ou la voie libre », Elseneur, t. 15-16, 2000, p. 137. Cité par Stéphane Zékian, « Comment améliorer les œuvres classiques  ? Le cas de Boileau », Revue d’histoire littéraire de la France, Presses universitaires de France, 2014, 2014-1, p. 31-43. En ligne ) []
  3. Delphine Reguig, Boileau poète. “De la voix et des yeux”, Paris, Classiques Garnier, 2016,  p. 9. []