Un manifeste anti-moderne: l’Art poétique

Il faut, au seuil de cette section, tordre le cou à un lieu commun  : L’Art poétique n’est pas un exposé didactique de la poétique “classique”. Desmarets de Saint-Sorlin, adversaire de Boileau, notait avec justesse dans sa Défense du poème héroïque  (1674) :  “Il faut considérer encore que ces préceptes ne peuvent servir que pour les écoliers : car pour les autres poètes il n’y en a point qui ne les aient appris, et qui ne sachent aussi bien que lui des choses si belles, mais si communes.” Comme on ne saurait croire que Boileau se soit proposé de rédiger en vers un recueil de lieux communs éculés (unités, vraisemblance, etc.), c’est que l’intérêt de l’Art poétique est ailleurs. Nous verrons que, loin d’être un manuel versifié, c’est une oeuvre d’art de première importance. Mais Saint-Sorlin se trompe aussi pour une seconde raison : si l’Art poétique suscita de si vifs débats à l’époque, c’est précisément parce que les idées développées par le poète n’étaient pas si conventionnelles que feignait de le croire Saint-Sorlin. Loin de répandre seulement les principes bien connus et rassurants de la poétique de son temps, Boileau prétend au contraire  dans L’Art poétique que les règles et la maîtrise formelle sont très insuffisantes pour composer un chef d’oeuvre, qu’on ne devient pas “poète par art”, que la poésie exige une aspiration à la grandeur qui ne s’acquiert pas, que le bon sens ne saurait rendre compte de l’agrément littéraire, que l’émotion esthétique la plus haute, et la seule qui vaille vraiment, procède de l’irruption imprévisible d’un merveilleux dans le discours, « ce je ne sais quoi qui nous charme et sans lequel la beauté même n’aurait ni grâce ni beauté ». L’Art poétique “n’est pas du tout une oeuvre officielle, c’est une oeuvre de combat”, explique Marc Fumaroli1. Effectivement, l’Art poétique est un manifeste. Non un manifeste en faveur d’un classicisme qui n’existerait pas avant de longues décennies, mais bien un manifeste en faveur du sublime, notion appelée à connaître une immense fortune au XVIIIe siècle, au temps du Romantisme, et jusqu’à nos jours2 .



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2020, 19 août). Un manifeste anti-moderne: l’Art poétique. Boileau, l'insoumis. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4dr

  1. “Les Abeilles et les araignées”, art. cit., p. 133-134 []
  2. “Le sublime est à la mode”, écrivait il y a quelques décennies Jean-Luc Nancy dans “L’Offrande sublime”, Poésie, 30, 1984, p. 1-28. []