Tel qu’en lui-même enfin

“Boileau ne suit pas toutes les lignes que Racine dessine. Il survient toujours un moment où, lorsqu’il n’est question ni de gazette, ni du roi, ni de syntaxe, leurs conciliabules achoppent.”

Nathalie Azoulai, dans son Titus n’aimait pas Bérénice (2015), propage, en contrepoint de sa peinture racinienne, une image de Boileau qui reste tributaire de stéréotypes négatifs hérités de la tradition romantique et scolaire : la sensibilité à fleur de peau du dramaturge s’opposerait à l’esprit obtus du satiriste, incapable de dépasser les anecdotes, les points de grammaire, et les potins, carriériste flatteur, et dont tout le stérile talent se réduirait à “n’écrire que des traités de poésie appliquée”. L’essentiel de ce qui fait la littérature, c’est-à-dire tout l’espace qui s’étend au-delà des mesquineries du moi social et du purisme syntaxique, échapperait au pauvre génie de ce versificateur sans imagination.

A lire ces lignes, on constate que la légende noire de Boileau a décidément la vie très dure. Je ne suis pas sûr, au cours de ces pages, d’avoir réussi à corriger entièrement ces préjugés qui me paraissent injustes, et qui en tout cas, s’ils étaient fondés, ne sauraient expliquer le prestige et le respect dont Boileau était entouré, de la part des meilleurs esprits de son temps: rien ne permet de supposer que Boileau était trop borné pour apprécier toute la finesse de Racine, bien au contraire.

Je ne me propose pas, dans ce billet, une conclusion en bonne et due forme, mais je voudrais revenir, en particulier au bénéfice des Agrégatifs/Agrégatives, sur quelques-uns de ces lieux communs auxquels il convient de tordre le cou si l’on veut sereinement aborder Boileau,  et sur les quelques avenues  sur lesquelles il convient au contraire de s’avancer.

Premier cliché: Boileau serait le maître à penser du classicisme. En réalité, Boileau n’a rien de ce classique superlatif, dont il incarnerait tous les mauvais côtés — étroite raison, rigueur, sécheresse, prosaïsme, haine de toute fantaisie créatrice, soumission obséquieuse au pouvoir, respect frileux des trois unités, etc. D’abord, on l’a vu, parce que le classicisme n’existe pas à l’époque de Boileau, mais aussi parce que la théorie littéraire  du temps n’avait rien de monolithique. Elle était traversée de tensions, de différends, de querelles vives; surtout, elle était attirée par différents pôles: les règles et le je ne sais quoi, les Anciens et les Modernes, la galanterie et le sublime, la vérité et le vraisemblable, constituent autant de couples complémentaires ou antithétiques qui créent des lignes de force ou de fracture. Simplifier en un système pauvre et scolaire ces concepts fluides et en perpétuelle évolution, d’une décennie à l’autre, et d’un auteur à l’autre, conduit à figer et stériliser un champ d’étude qui fut l’un des laboratoires les plus bouillonnants de notre histoire littéraire. Boileau participe à cette effervescence : L’Art poétique est une provocation à l’égard des Modernes, et non un compendium de règles usées jusqu’à la corde énoncées par un docteur pontifiant et destiné à des poètes  ignorants. La relégation de l’épopée au deuxième rang derrière la tragédie suffit à montrer que Boileau n’est en rien le porte-parole de hiérarchies pré-établies et reprises sans discussion.

Boileau, par voie de conséquence, ne saurait non plus être tenu pour un dogmatique, tenant d’une vision normative de la littérature: c’est tout le contraire. Contre les Modernes, il fait prévaloir une conception de la poésie non seulement plus haute et ambitieuse que celle qui a cours dans les salons, mais aussi méfiante à l’égard d’une raison étriquée et ratiocinante. Son obsession pour le “Sublime” procède justement de son refus d’une littérature d’apothicaire conçue comme application mécanique de règles: le génie,  le goût, l’aspiration à monter, en un mot l’inspiration l’emportent sur la froideur des préceptes. Certes, il reprend en gros les principes de la poétique dite “classique” élaborée pendant les décennies qui ont précédé, mais non pour les répéter en vers: bien plutôt pour montrer leur insuffisance et leurs limites, au profit d’une indispensable élévation de l’âme seule susceptible de produire des chefs-d’oeuvre. Il est finalement très étrange que l’histoire littéraire ait retenu le contraire de ce que dit notre auteur: réception à contre-sens dont l’histoire a été faite en partie, mais dont on n’a jamais fini de s’étonner. Le XIXe siècle a fait de Boileau un bourgeois cartésien, alors que sa poétique est largement anti-cartésienne, et qu’il n’a rien d’un homme arrivé satisfait de lui-même et de son bon sens quasi matérialiste. Loin de là: Boileau est chrétien, et son oeuvre ne saurait se comprendre indépendamment des réflexions à la fois esthétiques et socio-religieuses menées dans l’entourage de Lamoignon et de Bossuet.

Le Boileau des Satires et de l’Art poétique, loin d’être doctrinaire, est un poète plein de fougue, téméraire, polémiste, un Satiriste qui n’hésite pas à s’en prendre aux financiers, aux femmes, aux jésuites, à tout ce qui compte dans la société qu’il fréquente, s’attirant à la fois tous les honneurs, mais aussi bien des ennuis. Ni les Satires  ni l’Art poétique ne doivent être lus comme des manifestes d’un art officiel, glorifiant le règne et la personne du roi, servant le prestige royal pendant la période la plus fastueuse de notre histoire: de telles lectures seraient non seulement réductrices, mais largement fausses, surtout pour les neuf premières satires, où notre auteur n’a rien d’un poète courtisan, et traîne surtout dans les cabarets et les salons d’opposition, parmi les libertins et les jansénistes.

Il convient aussi de bien mesurer que l’oeuvre au programme s’étend dans la durée: les Satires, dont la composition s’échelonne sur plusieurs décennies, comportent des lignes de force dont l’auteur ne démordra jamais (l’aspiration au sublime contre la creuse galanterie est par exemple l’une des principales constantes de son oeuvre), mais aussi des évolutions, entre les premiers essais satiriques et les derniers textes. A la fin de sa vie, Boileau a accepté, et même contribué à créer pour la postérité l’image de “Régent du Parnasse” qu’il refusait d’endosser pendant sa jeunesse: le rebelle fait désormais figure d’enseignant, et ouvre la voie à ceux qui, après lui, et à partir du vieux Boileau, seront, bien plus tard, les vrais inventeurs du classicisme1. Mais ceci est, pour nous, déjà une autre histoire, celle d’un autre siècle. Nous en resterons donc là pour aujourd’hui.



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2020, 30 septembre). Tel qu’en lui-même enfin. Boileau, l'insoumis. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4e2

  1. Voir une fois de plus le livre de Zékian déjà cité. []