“Tu sais récompenser jusqu’aux muses critiques” : le pari de Boileau

La critique est aisée, la louange impossible

A l’époque de Boileau, chanter la supériorité de Louis sur Auguste était devenu un lieu commun de la louange royale, de Pellisson à Perrault. Autour de lui, chacun se livrait avec complaisance à cet exercice obligé : Pour Racine, Corneille ou même Molière, “l’éloge emprunte volontiers les formes hyperboliques qui étaient en usage dans la tradition”1. Boileau, qui connaissait pourtant bien les codes, prit toujours le risque de se dérober devant cette figure imposée de l’éloge royal, usant de toute sa virtuosité rhétorique pour refuser la louange directe, au moment même où il feint de se prêter à ce jeu. Pour Boileau, la critique est aisée, la louange impossible. Cette dérobade, constante à travers sa carrière, est particulièrement perceptible dans l’Epître VIII : le poète y explique au souverain que, désormais gratifié par le pouvoir, son “encens payé n’est plus du même prix”, et termine sa pièce par un silence (“je me tais”) qui se substitue à la célébration attendue.  Au sein de notre corpus, Boileau se livre au même type de double jeu: “Le discours au roi” présente une série d’excuses pour expliquer son refus obstiné à glorifier le monarque.  Il se défausse d’abord sur la nature de son génie satirique, qui ne le doue que de la faculté de blâmer (“je sais peu louer”, “mon faible génie”). Mais il use aussi d’autres arguments bien plus périlleux, allant jusqu’à alléguer que le monarque ne mérite pas les éloges hyperboliques et mensongers que chacun lui rend (“Grand roi, c’est mon défaut, je ne saurais flatter”, v. 104), et mettant en garde le roi contre les flagorneries éhontées dont il est l’objet.   Delphine Reguig parle à juste titre de “réticence” de Boileau devant l’éloge2. Réticence qui prend des airs de défi : d’autres que lui furent embastillés pour des textes plus anodins.

D’où vient l’audace de Boileau ? Pourquoi refuse-t-il de prêter au roi l’hommage que chacun lui rend ? Et pourquoi sait-il que le roi lui pardonnera ses éloges réversibles, voire ses remontrances  ?  C’est, dans le prolongement de nos réflexions précédentes sur la figure du fou du roi, les raisons possibles de cette “réticence” qui nous arrêteront aujourd’hui.

Une éthique de conviction

Depuis Antoine Adam jusqu’à Alain Viala, les lecteurs de Boileau ont beaucoup insisté, à juste titre, sur son carriérisme. On a volontiers mis en évidence les petits calculs, les allégeances, les stratégies éditoriales ou commerciales susceptibles de rendre compte de bien des aspects de l’œuvre. Certes, il est vrai qu’il serait bien naïf de prendre pour argent comptant les proclamations de franchise et d’honnêteté affichées par le poète : la parrèsia est un masque non dénué d’arrière-pensées. 

Pour autant, le carriérisme n’explique pas tout. Railler la galanterie, le roman, les femmes et la culture mondaine, attaquer nommément Chapelain, “bien en cour et puissant”3, qui détenait la haute main sur les faveurs et prébendes, s’en prendre aux Modernes au risque de passer pour mauvais chrétien et mauvais français : qu’allait-il s’embarrasser de se faire autant d’ennemis haut placés ! Nous avons vu déjà que son élection à l’Académie fut compliquée, et qu’il fut un médiocre courtisan, à qui le roi finit par rogner la pension en 1692. S’il ne s’était agi que de plaire au souverain, parcourir le chemin des honneurs et satisfaire le public à moindre peine, il existait sans doute des voies moins détournées pour y parvenir.

Pourquoi Boileau s’obstine-t-il à refuser au roi les éloges que tant de bons écrivains lui rendent sans vergogne ? Pourquoi hésiter à célébrer sans nuances une France qui brille d’un éclat inouï à travers toute l’Europe ? Pourquoi se singulariser, au risque de compromettre ses chances d’arriver ? Seules de profondes convictions peuvent l’avoir retenu sur la voie encomiastique. C’est que Boileau était, pour parler comme au XXe siècle, un poète engagé. Les intellectuels qui gravitaient dans l’entourage de Lamoignon ou de Bossuet étaient bien sûr de fervents soutiens de la monarchie louis-quatorzienne, mais ils ne fermaient pas pour autant les yeux sur les malheurs et les difficultés de la France. Tout n’était pas parfait dans ce règne si brillant, ils le savaient mieux que quiconque et ne s’y résignaient pas. Bossuet s’attaqua avec courage à la pauvreté, Lamoignon modernisa la justice, Fénelon s’en prit au luxe et à l’économie spéculative. Tous travaillaient à une réforme judiciaire, économique et sociale dont les poèmes de Boileau se font largement l’écho. C’est dans cette perspective socio-politique autant que littéraire qu’il faut comprendre leur attachement à l’Antiquité : pour des Anciens comme La Bruyère, Fénelon ou Boileau, le siècle d’Auguste offrait le modèle d’une société mieux réglée que la société française louis-quatorzienne. L’Antiquité leur apparaissait comme “le lieu […] d’une résistance”, l’explique Laurence Plazenet dans plusieurs travaux récents4. Cet usage critique de l’Antiquité est nettement perceptible dans la préface des Caractères, lorsque La Bruyère célèbre Athènes pour mieux relativiser la grandeur de Paris, et plus encore chez Fénelon, dont l’utopie de Salente constitue un cinglant affront adressé à l’absolutisme. Cet usage critique de l’Antiquité fut théorisé par Claude Fleury, proche de Boileau :

On feint de respecter l’antiquité, et on la méprise en effet [“en effet” = “en réalité”]. On la regarde comme un temps miraculeux, on désespère de l’imiter, on ne l’étudie point, on ne veut point la connaître, parce que cette connaissance est un reproche secret contre nos désordres.” (Les Mœurs des chrétiens, 1682).

L’éloge de l’Antiquité par les Anciens sert à souligner par contrepoint les défauts du temps présent. D’une certaine façon, les Modernes n’avaient pas tort de soupçonner les Anciens de n’être pas totalement dévoués au régime : personne à l’époque ne remet en cause la légitimité ou la grandeur de Louis XIV, mais Boileau, contrairement aux Modernes, ne pouvait admettre que le règne de Louis soit adoré comme un apogée de l’histoire universelle, et comme le terme d’un progrès continu indépassable5. A considérer l’état du royaume, où règnent encore la corruption, les inégalités, les injustices, ou la fausse dévotion, un tel éloge paraît à ses yeux pour le moins prématuré.

Sur l’Antiquité, les vues de Boileau rejoignent celles de l’abbé Claude Fleury, lui aussi familier de l’académie Lamoignon comme du “Petit Concile” autour de Bossuet.6. Pour ces partisans des Anciens, le temps de la perfection était celui des origines : alors les mœurs étaient pures, alors Dieu faisait entendre aux hommes sa parole vraiment sublime dont le Fiat lux fournit le paradigme. Puis la foi et les mœurs se sont relâchées, entraînant un éloignement de Dieu, et un mouvement de décadence interrompu toutefois par une série de restaurations : le Déluge, ou les invasions vikings ont constitué des moments de crise profonde suivies de renaissances éclatantes. Parmi ces moments d’interruption dans le déclin, le plus essentiel correspondit au passage de Jésus-Christ en ce monde, et de la première Église de Jérusalem, dont la perfection morale et spirituelle doit continuer de servir de modèle aux chrétiens du grand siècle (Satires XII, v. 157).  Dans cette perspective historique pour ainsi dire “globale”, les deux Antiquités, judéo-chrétienne et profane, se trouvent liées : Homère, expliquait un savant comme Thomassin, était un disciple des patriarches hébreux7. Quant au siècle d’Auguste, il est aussi celui qui vit naître le Christ. Boileau, héritier en cela d’une longue tradition humaniste, estime que Virgile annonça sa venue dans la quatrième Bucolique : il évoque dans une lettre à Racine “les prophéties que Virgile […] a faites assez à la légère du fils de Pollion”8, assez à la légère, effectivement, puisque les commentateurs ont toujours regardé que le vrai sens du texte concernait le Messie.

Pour les Anciens, qui ne sauraient évidemment admettre la thèse d’un progrès continu, si contraire à l’observation quotidienne de la folie des hommes, la question est seulement celle de la possibilité d’une régénération au sein d’une dynamique générale de décadence. Le Siècle de Louis Le Grand est-il un temps de renaissance comme il y en eut quelques-uns dans l’histoire du monde, et en particulier comme le fut le temps d’Auguste ? 

Pour Boileau comme pour les tenants du catholicisme social9, la réponse est non : il suffit d’ouvrir les yeux pour voir la misère et les iniquités côtoyer le faste, les grandeurs, et la futilité. Boileau dénonce les abus du mécénat, les financiers richissimes, le règne de la tartuferie courtisane et du faux honneur, la morale relâchée, la religion dévoyée des jésuites, la politique royale trop belliqueuse… 

Le pari de Boileau

On comprend mieux désormais les réticences de Boileau face à l’exercice attendu et pour ainsi dire obligé de l’éloge royal : refuser de mêler sa voix au concert des célébrations entonnées par les thuriféraires modernes, c’est suggérer que l’âge d’or n’est pas encore restauré, encore moins dépassé. Quels que soient  les mérites du roi, quelles que soient les prouesses techniques des ingénieurs et des inventeurs (il nomme le microscope dans la satire X, v. 435), quels que soient les chefs d’œuvre culturels et artistiques produits par la France, le pays n’en est pas moins en proie à toutes sortes d’abus que le satiriste dénonce inlassablement, et qui manifestent une double déficience, morale et littéraire, ces deux dimensions étant indissolublement liées et interdisant de glorifier le siècle de Louis à l’égal du Siècle d’Auguste. Sa critique des écrivains sans estomac est chez lui inséparable de sa dénonciation d’une société mesquine et cupide. Le triomphe de la frivolité galante et l’absence de grande épopée apparaissent de ce point de vue comme un symptôme : c’est la bassesse de cœur des hommes qui a empêché l’émergence d’un véritable héroïsme, de la véritable noblesse, du véritable honneur, seuls terreaux où pourrait renaître l’épopée, et où pourrait triompher la grandeur simple d’un sublime à la fois esthétique, éthique et spirituel. “Pour chanter un Auguste, il faut être un Virgile”, écrit Boileau dans le Discours au roi (v. 58). Renversons la proposition : s’il n’y a pas de Virgile, pas plus que de Mécénas, c’est que Louis n’est pas Auguste. Faute de grandeur qui puisse nourrir un vrai sublime héroïque, l’épopée avorte ; elle ne peut au mieux que venir se fracasser dans la satire, genre propre du moins, faute de mieux, à faire éclater les fausses grandeurs et dénoncer les vices, moraux et littéraires.10

Le pari de Boileau, et son réel courage, consistent à prêter au roi assez d’intelligence et de lucidité pour admettre le double jeu d’une critique déguisée en éloge, sans en tenir rigueur au poète bouffon qui lui ouvre les yeux : “Tu sais récompenser jusqu’aux muses critiques”, écrit-il dans l’épître VIII (v. 33). Boileau considérait que son devoir de poète était non de flatter le roi, mais de l’éclairer,  “susciter la réflexion sur tous les excès possibles”,11, afin qu’il puisse réellement devenir l’Auguste chrétien restaurateur des lettres, de la paix, de la morale, et de la vraie religion. Mais pour l’instant, le temps de l’éloge sans mesure n’est pas encore venu : le poète se contentera donc d’exhorter “de loin” (Art poétique, IV, v. 230) ses confrères sans se risquer lui-même sur le terrain encore impraticable du poème héroïque. Pour l’heure, abrité derrière le masque du bouffon, le satiriste ne peut que donner libre cours à ses dégoûts et à ses espérances. Crainte devant des progrès technologiques plus pernicieux qu’utiles, sentiment de scandale devant les abus et le règne de l’argent-roi, inquiétude face au développement d’une nouvelle économie favorisant les inégalités, révolte contre un monde de la culture qui privilégie les divertissements faciles au détriment d’œuvres moins séduisantes mais plus profondes, espoir sincère que la littérature pourra contribuer à rendre le monde un peu moins laid et surtout moins injuste, souci d’une langue claire propre à éviter les amalgames et la confusion de la pensée : tels sont les combats auxquels ce poète engagé voua son existence, dans les interstices de liberté que lui laissait un pouvoir politique de plus en plus sourcilleux.

Décidément, aujourd’hui plus que jamais, Boileau a bien des choses à nous dire.



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2020, 8 décembre). “Tu sais récompenser jusqu’aux muses critiques” : le pari de Boileau. Boileau, l'insoumis. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4e8

  1. Alain  Viala, “Argent, littérature et propagande : les écrivains du Roi-Soleil”, L’Histoire, 145, 1991, en ligne []
  2. “rejet [du] registre flatteur dans lequel a sombré le genre encomiastique devant lequel Boileau restera toujours réticent”, D. Reguig, Boileau poète, op. cit., p. 343. []
  3. Alain  Viala, art. cit. []
  4. Voir en particulier la préface de son Anthologie de la littérature grecque, Paris, Gallimard, “Folio”, 2020. []
  5. L’humanité « a eu son enfance, sa jeunesse, son âge parfait et elle est présentement dans sa vieillesse », Perrault, Parallèle, I, 50. Voir sur ce sujet Catherine Fricheau , « Des Modernes aux Encyclopédistes. Le bon sens de l’idée de progrès ? », Dix-huitième siècle, 2008/1 (n° 40), p. 543-559, en ligne  []
  6. Cette dette de Boileau à l’égard de la pensée de Fleury est bien connue, depuis les travaux d’Antoine Adam. Voir son Histoire de la littérature française du XVIIe siècle, op. cit., t. II, p. 544. []
  7. Voir Noémi Hepp, Homère en France au XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1968. []
  8. Lettre X du 13 août 1687. []
  9. Voir l’ouvrage de F.-X. Cuche : Une pensée sociale catholique. Fleury, La Bruyère, Fénelon, Paris, Le Cerf, 1991. []
  10. Sur l’absence d’épopée comme signe des temps, je renvoie à l’épître VIII, v. 53-60. []
  11. Alain Viala, art. cit. []