Jugements

“Ce Boileau est bon versificateur, il choisit bien ses épithètes, il ramasse les balayures du collège, ce qu’ont dit les pédants, les critiques, les choses les plus communes” (Chevalier de Méré, “Divers Propos Du Chevalier De Méré en 1674 – 1675”, Revue D’Histoire Littéraire De La France, vol. 29, no. 2, 1922, p. 214–224)

“il n’y a [chez Boileau] ni épître, ni Art poétique, ni Lutrin, qui ne soit une satire” (Desmarets de Saint-Sorlin, La Défense du poème héroïque,  Paris, 1674)

“Il faut considérer encore que ces préceptes ne peuvent servir que pour les écoliers : car pour les autres poètes il n’y en a point qui ne les aient appris, et qui ne sachent aussi bien que lui des choses si belles, mais si communes. Et quand il veut mêler des préceptes de sa façon, c’est comme qui voudrait mêler du fer avec de l’or, et ferait fondre le tout ensemble pour en faire une statue […] Ceux qui lisent ces préceptes si beaux, qu’il a puisés dans leurs riches sources, et qu’il a si mal observés, ne peuvent s’empêcher de rire en les lisant, et en considérant avec quelle autorité il les débite, quoi qu’il sente bien qu’il ne les observe pas lui-même… On peut juger par les précédentes remarques s’il est capable de donner des avis, et de condamner les autres, comme il fait avec une hardiesse pareille à celle d’un régent d’une basse classe parlant à ses écoliers” (ibid.)

“Un homme né chrétien et Français se trouve contraint dans la satire ; les grands sujets lui sont défendus : il les entame quelquefois, et se détourne ensuite sur de petites choses, qu’il relève par la beauté de son génie et de son style.” (Jean de La Bruyère, Les Caractères, 1688, chap. I, fr. 65)

[L’Art poétique de Boileau ] est supérieur même à celui d’Horace, non seulement par l’ordre si nécessaire et si parfait que le poète français a mis dans son ouvrage, […] mais surtout parce que Despréaux a su faire passer dans ses vers les beautés propres à chaque genre dont il donne les règles.” (D’Alembert, Eloges académiques, 1779)

 Que ceux qui veulent écrire en vers méditent l’Art poétique de l’Horace français, ils y trouveront marqué d’une main également sûre le principe de toutes les beautés qu’il faut chercher, celui de tous les défauts dont il faut se garantir. C’est une législation parfaite dont l’application se trouve juste dans tous les cas, un code imprescriptible dont les décisions serviront à jamais à savoir ce qui doit être condamné, ce qui doit être applaudi. » (Jean-François de La Harpe, Cours de littérature, 1799)

“Il y a une nouvelle satire de Despréaux imprimée contre les femmes, qu’il croit la meilleure des siennes. Mais les gens de bon goût ne le trouvent pas, et il y a un caractère bourgeois et des phrases fort bizarres” (Tallemant des Réaux, lettre à l’abbé Boisot, 6 mars 1694, in Historiettes, Paris, 1850, t. VIII, p. 238).

“Ce que Boileau représente avant tout dans la critique et dans la littérature du XVIIe siècle, ce qu’il y représente, et à tous égards, d’une manière éminente, c’est l’avènement de l’esprit bourgeois” (Ferdinand Brunetière, l’Evolution de la critique, 1889)

“Il n’y a pas d’enseignement qui donne le génie. Il [Boileau] s’adresse à ceux qui l’ont, et il va leur apprendre le métier […]. Jamais Boileau ne fut plus artiste que dans son estime de la technique” (Gustave Lanson, Histoire de la littérature française, 1894, 9e éd, 1906, p. 497-498).

“II est trop évident que Boileau n’est jamais un penseur. Ce qu’il pense . . . il le pense avec Juvenal, avec La Mothe le Vayer, avec une douzaine de Satiriques, avec tout le monde.” (Daniel Mornet, Boileau,  Edition C.-L., 1942, p. 43)

“Gardons-nous donc d’attribuer les vigoureuses diatribes de Despréaux aux mouvement d’une âme vigoureuse et indignée. Il est alors l’homme d’une cabale, il en partage les partis pris et très probablement obéit à un mot d’ordre”. (Antoine Adam, Histoire de la littérature française du XVIIe siècle, [1954], Paris, Albin Michel, 1997, t. II, p.  476)

[Dans l’Art poétique] “Boileau y soutient une véritable gageure, celle de joindre partout l’exemple au précepte, adoptant pour chaque « genre » décrit un style approprié et, chose que l’on n’a pas assez remarquée, poussant la malice jusqu’à imiter à l’occasion les défauts même qu’il condamne.” (John Orr, « Pour le commentaire linguistique de L’Art poétique », dans Revue de linguistique romane, XXV, 1961, p. 337-353).

“Si l’on réussissait à oublier toute l’histoire posthume de l’Art poétique, si l’on ignorait qu’il a été deux siècles durant le code où les Français étaient invités à reconnaître les lois de l’éternelle raison, il y aurait peut-être bien peu de chose à en dire. Despréaux y fait la preuve qu’il sait mal l’histoire de ses contemporains : mais voilà une vérité qui ne mène pas loin. Il développe un certain nombre de maximes d’une parfaite sagesse. Il recommande aux poètes de s’assurer de leur vocation, de consulter de sages amis, d’être soucieux de clarté et de correction, d’apprendre à varier le ton et de savoir finir à temps, d’avoir toujours sous les yeux l’exigence de la droite raison, ou, comme il le dit avec les Cartésiens, du “bon sens”. Conseils excellents à coup sûr, mais qui en vérité n’apprenait rien de neuf aux gens de son siècle et n’apportaient point de révélation aux poètes de l’avenir”. (Ibid., t. II, p.  539).

“Boileau intervenait donc dans la querelle des Anciens et des Modernes, et ce qui apparaît avec évidence lorsqu’on a suivi le développement de la controverse, c’est qu’il y apporte la confusion, c’est qu’il est incapable de discerner la vraie signification du désaccord qui oppose partisans et adversaires des Anciens. D’où la futilité de ses prétendues raisons, d’où les contradictions dont il est trop facile de le convaincre. Prétendre que les noms de la fable grecs sont harmonieux et que ceux des modernes blessent l’oreille, c’est se montrer trop docile à une routine scolaire. Refuser à la religion chrétienne toute valeur de beauté, c’est, lorsqu’on s’appelle Boileau, une aberration, et le jansénisme n’y est pour rien” (Ibid., p. 548).

“Je voudrais maintenant avancer cette évidence qu’un très grand nombre de ses vers parlent, implicitement ou explicitation, de lui-même. Un instant de réflexion suffit à nous rappeler cette vérité simple, que même ses jugements littéraires sont pour la plupart, et à coup sûr, hautement subjectifs, pour ne pas dire “émotionnels”, ce qui leur donne la netteté et la vivacité d’une opinion personnelle. La satire pour Boileau – comme la fable pour La Fontaine – a été un ingénieux moyen de rester dans les règles du jeu littéraire, tout en s’exprimant avec liberté, à une époque qui a tant fait pour décourager le lyrisme”. (E.B.O. Borgerhoff, “Boileau satirist animi gratia” [1952], trad. B. Beugnot et R. Zuber, Boileau, visages anciens, visages nouveaux, Les Presses de l’université de Montréal, 1973, p. 144)

“Boileau n’était point un de ces écrivains, comme Montaigne ou Hugo, qui évoluent […] Boileau semble en être venu très tôt à un ensemble de vues fondamentales qui se sont développées en intensité sans changer de but” (Jules Brody, Boileau and Longinus, [1958], cité et traduit par  Beugnot et Zuber, Boileau, visaages anciens, visages nouveaux, op. cit., p. 149).

Il lui arrive sans doute, quand il est réconcilié avec un adversaire, de biffer son nom dans ses ouvrages, quitte à le remplacer, pour les besoins de la rime, par celui de quelque malheureux auteur qui ne méritait probablement d’être ainsi traité! Mais cela ne prouve rien contre la sincérité de Boileau. Cette sincérité fonde tous les principes de sa critique, de son esthétique et de sa morale.1

Le 18e et le 19e s n’ont fait qu’accréditer, en l’étoffant et en le systématisant, le rôle de « régent » et de « législateur que Boileau s’était vu conférer de son vivant même. Dans ce mythe dont les origines feront mieux comprendre la nature, Boileau s’est trouvé investi de deux fonctions qui, pour être conjointes et parfois tendre à se confondre, n’en sont pas moins au départ différentes : d’une part, celle de codificateur du bon goût, qui se rattache de préférence, mais non de façon exclusive, à l’Art poétique ; d’autre part celle de dictateur des lettres qui prétend, par le ton des premières satires ou l’autorité de l’âge, imposer ce code à ses contemporains. (Bernard Beugnot et Roger Zuber, Boileau. Visages anciens, visages nouveaux, 1973).

Pour Boileau la poésie était un absolu. Elle pouvait exister ou ne pas exister, mais jamais à demi. Pour Boileau, cette distinction était radicale. En fait, aucun critique avant lui – et peut-être depuis – n’a souligné avec tant d’insistance le caractère foncièrement dissemblable de ces deux activités : faire des vers et faire un poème (Jules Brody, « Boileau et la critique poétique », dans Critique et création littéraires en France au XVIIe siècle, Paris, CNRS, 1977, p. 236).

“Plutôt qu’en censeur, le satirique se présente donc en véritable poète comique, c’est-à-dire en créateur d’un théâtre universel, où s’agitent d’innombrables personnages qui dessinent la fiction d’une guerre incessante entre le vrai et le faux, le bienséant et le malséant” (René Bray, “Le Classicisme de Boileau: les personnages et leur fonction poétique dans les satires”,  XVII siècle, n° 143, 1984, p. 107-118).

La satire occupe alors une place bien particulière dans le champ littéraire, elle est un foyer où la poésie se prend elle-même comme objet, et pour sa propre cible. Plus qu’un miroir du monde — ce qui était en apparence sa justification sociale —, plus qu’un miroir du poète — il faudrait être bien naïf pour prendre comme argent comptant les « confidences » qui y sont insérées —, ce genre peut être tenu pour un genre rêveur, comme une réactivation plus critique de Narcisse.” (Frédéric Briot, “La satire ou la poésie incertaine”, In Littératures classiques, n°24, printemps 1995, p. 127-134).

« L’attitude critique de Boileau ressemble à sa vision satirique, comme à ses habitudes stylistiques, en ce qu’elles relèvent toutes finalement de l’hyperbole. Quel que soit le côté par où l’on aborde son oeuvre, quel que soit l’aspect de son activité littéraire que l’on considère, on rencontre non pas des idées proprement dites, mais plutôt des oppositions dramatiques et étanches d’idées, de valeurs, et de sentiments mutuellement exclusifs. L’hyperbole chez Boileau n’est pas un simple procédé de rhétorique ou une arme de combat ; l’omniprésence de cette figure dans son oeuvre témoigne plutôt à la fois d’un mode de sensibilité et d’une stratégie didactique. Si les jugements de Boileau ont si souvent une résonance autoritaire ou dogmatique, c’est qu’il cherche, par la facture et le ton même de son discours, à communiquer à ses lecteurs une attitude hyperbolique vis-à-vis de la littérature, qui est pour lui une affaire, justement, de tout ou de rien, de toujours ou de jamais. » Jules Brody, « Boileau et la critique poétique » (Lectures classiques, Charlottesville, RookwoodPress, 1996, p. 159-160).

“Si l’attaque nominative avait cours dans les épigrammes et autres petites formes de la vie littéraire, Boileau innove scandaleusement en la transportant dans le genre satirique régulier”. (Marc Martinez, La Satire,  Armand Colin, coll. U, 2000, p. 135)

“Si Boileau, auteur de Satires, d’Epîtres et d’un Art poétique, peut sembler l’Horace de l’âge classique et s’il imite souvent le protégé de Mécène, c’est cependant dans la virulence du blâme juvénalien qu’il trouve le vecteur d’une satire à la fois vertueuse et corrosive […]. Mais Boileau ne se contente pas d’une simple acclimatation de Juvénal. Le choix de son modèle participe de la poétique spécifique du traducteur du Traité du sublime. Boileau entendait en effet hisser son art vers le sublime et l’héroïsme tels que ses contempoorains les goûtaient dans la tragédie et l’épopée. La noblesse tragique de Juvénal s’accordait à cet idéal, mieux que la modestie quelque peu bourgeoise du modèle horatien”. (Marc Martinez, La Satire,  Armand Colin, coll. U, 2000, p. 136).

“[La satire] est inséparable d’une visée d’utilité morale: selon une métaphore devenue conventionnelle, la satire est le miroir révélateur des vices. Le comique, rire mordant, trouve alors une fonction rhétorique de persuasion, selon le principe de l’utile dulci. Artiste à finalité éthique, le satiriste est censé adopter lui-même un code déontologique, qui lui interdit notamment la licence et les personnalités, Boileau restant l’exception majeure de ce dernier article.” (Marc Martinez, La Satire,  Armand Colin, coll. U, 2000, p. 138-139).

“La paradoxale et peut-être naturelle parenté du satiriste avec sa cible se reflète dans les ambiguïtés des textes eux-mêmes, où voisinent dangereusement le “poète crotté” qu’est le rimailleur satirisé et le poète humble, laborieux, et faillible sous le masque duquel aime se représenter le satiriste”. (Marc Martinez, La Satireop. cit., p. 139).

“Jamais la satire, genre capricieux et subversif, propice à tous les débordements et les écarts, ne parvint à persuader les esprits suspicieux de sa bonne foi et de son attachement à la vertu”. (Marc Martinez, La Satireop. cit., p. 139).

«  L’icône centrale, pour le XVIIe siècle tel que le XIXe siècle dit qu’il le voit, c’est Boileau, partout cité, ce qui – on le verra – ne signifie pas lu, partout allégué : le maître, l’oracle, le législateur du Parnasse, ou bien tout au contraire la figure honnie, le tyran, l’esprit borné, on eût dit il y a peu le normalisateur, on dirait peut-être aujourd’hui le purificateur. » Frédéric Briot, « Boileau ou la voie libre », Postérités du Grand Siècle, Elseneur, 15/16, 2000.

“Par l’un de ces étranges paradoxes dont l’histoire littéraire est féconde, Boileau, le militant hardi d’une cause qu’il savait par définition minoritaire, a passé et passe encore pour l’archétype du poète fonctionnaire officiel, une vieille perruque académique et pontifiante que les romantiques ont ridiculisée.” (Marc Fumaroli, “Les Abeilles et les araignées”, in La Querelle des Anciens et des Modernes, Paris, Gallimard, 2001, p. 131)

“La satire fait de nouveau des belles-lettres un objet d’attention et une pratique valorisée. La satire de moeurs tend en effet à se faire satire littéraire, à devenir métapoétique, à se constituer en instance de formation du bon goût. Au terme de ce processus, les satires et les épîtres de Boileau ne traiteront quasiment que de littérature” (Pascal Debailly, La Muse indignée, Paris, Classiques Garnier, 2012, tome I, “La satire en France au XVI siècle, p. 660).

“Ce que nous pouvons apprendre d’un poète comme Boileau, c’est sans doute que le « mystère » poétique a déserté l’évocation des  choses par les symboles pour s’absorber dans la question de la représentation de la pensée par les mots dans un style” (Delphine Reguig, Boileau poète. “De la voix et des yeux…”, Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 66)

“La sacralité poétique correspond, chez lui, à une grandeur sans  transcendance : elle se réalise dans le sublime, cette coïncidence du vrai et du beau, de la pensée et du style, dont Pindare fournit un modèle.” (Delphine Reguig, Boileau poète, ibid., p. 145)

“Boileau est rétif à l’esprit de sérieux et cette disposition n’est sans doute pas étrangère à sa manière d’esquiver, chaque fois qu’il le peut, le registre encomiastique.” (Delphine Reguig, Boileau poète, ibid., p. 241).

« La constance avec laquelle Boileau reste continuellement engagé dans les querelles et la polémique dit toute l’intensité du danger qu’il percevait pour la poésie. Mais alors qu’il ne cesse d’en exprimer la réalité et la nécessité, Boileau formule un idéal qu’il renonce à mettre en pratique lui-même. Autant il ose toujours s’attaquer aux autorités en place, autant il reste toujours en retrait, et comme en surplomb, dans sa pratique poétique. » (Ibid., p. 344)

Boileau, en dépit des projections qu’il a pu faciliter, n’est ni un théoricien ni un législateur. Sa démarche est empirique dans ses
tenants comme dans ses aboutissants ; elle met en oeuvre la  prudence qui fait prévaloir un régime d’inférence et d’induction,
qui conduit l’esprit à reconnaître le caractère irrégulier de la règle toujours postérieure au poème. Car la règle est seconde, elle-même effet de l’oeuvre sublime dans laquelle s’exemplifie le chemin qui peut mener au grand. (ibid. p. 345)

“C’est en ce lieu critique que Boileau commet une dernière  transgression au regard du système de valeurs de son époque. Cette transgression est d’ordre historique : Boileau est un Moderne qui ne s’assume pas, un Moderne inconscient de lui-même – Houdar de La Motte l’a bien montré en l’admirant comme son maître malgré sa propre appartenance au camp des Modernes. Cultivant les apories que crée sa position d’Ancien, faisant de l’anachronisme un facteur de dynamisme intellectuel, Boileau élève Corneille mais surtout Racine au rang de poètes sublimes et confère à un genre lui aussi renouvelé, la tragédie, l’honneur de prendre la place de l’épopée au premier rang des grands genres : si la permanence de l’idéal esthétique longinien est incontestable, son incarnation dans des formes esthétiques adaptées aux époques s’impose comme une réalité que Boileau n’hésite ni à admirer ni à célébrer.” (ibid., p. 345-346)

 



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2020, 15 août). Jugements. Boileau, l'insoumis. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4dj

  1. André Lagarde et Laurent Michard, XVIIe siècle, Bordas, [1951], 1967, p. 319. []