Brève remarque sur la Satire X : une satire contre qui ?

Je ne pouvais pas terminer ce carnet sans dire quelques mots sur la satire X, occasion de beaucoup de contresens dans le passé. La satire X a en effet souvent été présentée comme une “satire contre les femmes”. C’est sous ce titre qu’elle a par exemple été éditée en 1944. L’ouvrage était illustré par Albert Dubout, dessinateur très célèbre à cette époque, qui travailla aussi bien avec Philippe Soupault que Frédéric Dard. L’artiste, révélant l’aspect volontiers farcesque du texte, n’avantageait pas le beau sexe dans ses dessins: les femmes apparaissaient, selon un motif misogyne de longue date attesté, sous les traits de matrones et de viragos qu’on croirait sorties du marché de Brive-la-Gaillarde.

La préface “au lecteur”, composée par Boileau et placée en tête de sa satire, semble confirmer que les femmes constituent la cible de cet écrit: ses vers sont autant de “prédications […] contre leurs défauts dans cette satire.” Dès l’époque de la publication, les réactions outrées furent nombreuses, parmi ses adversaires “modernes”: Charles Perrault, qui s’était érigé en champion des femmes en composant Grisélidis (1691), renchérit avec une Apologie des femmes; Nicolas Pradon publie une Réponse à la Satire X du sieur D***. Sur le détail de cette querelle, je vous renvoie à l’article de Pascal Debailly sur la querelle des Satires ((Pascal Debailly, « Nicolas Boileau et la Querelle des Satires », Littératures classiques, vol. 68, no. 1, 2009, pp. 131-144).).

Mais à bien y regarder, la satire X est-elle vraiment tournée contre les femmes? Lorsqu’on aborde cette pièce, plusieurs contresens doivent être évités. D’abord, il convient de se garder de considérer les vers de Boileau comme l’expression de sa pensée personnelle s’agissant des femmes, en alléguant par exemple l’opération de chirurgie subie dans son enfance pour expliquer sa haine du sexe féminin; de telles approches biographiques sont aujourd’hui à juste titre abandonnées. Il serait tout aussi mal venu de voir dans ce texte le reflet d’une pensée largement répandue dans un siècle présumé a priori obscurantiste sur la question du genre: bien au contraire, à l’époque où écrit Boileau, les dames de la haute société sont les arbitres du goût littéraire, et les écrivains se pressent dans leurs salons pour tenter de recueillir leurs suffrages. Un exemple entre mille: Jean Racine eut d’abord soin de présenter sa tragédie Alexandre à Henriette d’Angleterre qui, conquise, ouvrit à cette pièce les portes de la cour. A bien des égards, le XVIIe siècle est le siècle des femmes. Elles triomphent partout: dans les lettres (Mme de Lafayette, Mme de Sévigné, Mlle de Scudéry, etc.), en politique (Mme de Maintenon), en religion (qu’on songe au rayonnement de Jeanne de Chantal, de Mère Angélique, ou, à la fin du siècle, à l’influence de Mme Guyon sur Fénelon). Loin de tenir les clichés de Boileau comme l’écho d’une vulgate gynophobe universellement répandue, il convient plutôt d’y lire, en pleine querelle des Anciens et des Modernes, une provocation retentissante à l’égard d’un paysage littéraire régi par le goût des femmes, envisagées comme les porte-parole d’une esthétique galante et moderne que Boileau exècre.

Il convient aussi de garder en mémoire qu’une œuvre comme la satire X s’inscrit dans un débat de longue durée: celle de la querelle des femmes, qui débuta au seuil de la Renaissance. A cette époque, des humanistes des deux sexes ont défendu la thèse de l’égalité, voire de la supériorité du sexe féminin. Parmi ces auteurs, le plus éminent est Cornélius Agrippa (1486-1535) auteur du De nobilitate et præcellentia feminei sexes (1509), disponible en français (librairie Côté Femmes) dans une traduction du XVIIIe siècle, sous le titre Discours abrégé sur la noblesse et l’excellence du sexe féminin, de sa prééminence sur l’autre sexe, et du sacrement du mariage. Un argumentaire très codé se développe pour justifier la thèse d’une supériorité du sexe féminin (ainsi, on avançait par exemple qu’Eve, tirée de la côte d’Adam, était plus noble que celui-ci, tiré de la glaise ; ou que le Christ ressuscité se montra d’abord aux saintes femmes, etc.). Si la supériorité naturelle des femmes n’éclate pas davantage dans la société, c’est seulement parce qu’elles manquent d’éducation: dès cette époque se fait jour un mouvement qui réclame pour les femmes un meilleur accès à la culture. Les femmes n’étaient pas seulement les objets de cette discussion : elles y prenaient part. Christine de Pisan, ou Marie de Gournay, “fille d’alliance” de Montaigne, participèrent à cette longue querelle, dans laquelle s’illustra aussi Rabelais, mais plutôt du côté des misogynes ou du moins des misogames, en particulier dans le Tiers Livre. La querelle  est loin d’être éteinte au XVIIe siècle: les femmes y ont encore leurs champions, comme le père jésuite Le Moyne, auteur d’une élogieuse Galerie des femmes fortes (1665). La Préciosité, certains mouvements chrétiens soucieux d’égalité spirituelle, le procès de civilisation des mœurs qui accorde une place essentielle à l’Honnête femme (Jacques Du Bosc, 1665), ou la philosophie cartésienne qui accorde aux femmes comme aux hommes le “bon sens” bien partagé (Poullain de la Barre, De l’Egalité des sexes, 1679), contribuèrent à donner aux femmes du grand siècle un éclat tout particulier.

Boileau pratique ainsi dans la Satire X un exercice de haute voltige,  pressé par des contraintes multiples:

  • sacrifier à l’un des motifs satiriques les plus attestés, et prendre sa place dans la lignée des satiriques qui ont invectivé les femmes, à commencer par Juvénal (Satire VI)
  • s’inscrire dans une querelle de longue durée, et se trouver ainsi conduit à reprendre des arguments devenus conventionnels contre les femmes et le mariage.
  • attaquer le goût moderne et galant porté par les femmes…
  • … sans s’attirer pour autant la haine de tout le public féminin, ce qui implique pour lui une recherche de l’agrément et du plaisir.

Quelques pistes

Une première partie d’une leçon consacrée à la satire X pourrait relever les qualités attendues d’une satire contre les femmes. Boileau propose une satura où domine une impression d’accumulation, de trop-plein, d’exagération, de bigarrure, dont la jupe bariolée de la femme  avare constitue comme la mise en abyme. Le poète, pressé de parler, relance sans cesse le discours (“t’ai-je encore peint…?”), multiplie les portraits, revisite les textes et les références antiques. On fera un sort aussi à l’étourdissant jeu énonciatif qui constitue à lui seul une performance narrative, mêlant dialogue, style direct et indirect, incises et références enchâssées (le poète faisant parler Alcippe citant Juvénal, par exemple).  Le style, virevoltant, s’attache la sympathie du lecteur, qu’il partage ou non les thèses anti-féministes avancées.  Les illustrations burlesques de Dubout mettent en évidence à bon escient le goût du monstrueux, de la boursouflure, du grotesque, du démesuré jusqu’à l’absurde, qui constituent une des saveurs comiques de la satire. Comme il le précise dans la préface “au lecteur”, Boileau s’est gardé toutefois d’enfreindre les bienséances: il ne veut pas s’aliéner son public, mais au contraire en faire son complice, et pour cela il doit éviter de trop le choquer.

Dans une seconde partie, l’on pourrait montrer que Boileau, en réalité, ne s’attaque pas spécialement à des vices féminins: l’hypocrisie, les mauvais médecins, l’avarice, la vaine curiosité scientifique (libido sciendi) sont des défauts partagés par les deux sexes.

Dans une troisième partie, on conclura que la satire porte en réalité un regard moraliste sur les dysfonctionnements de toute une société, et n’épargnant ni les hommes ni les femmes: c’est la nature humaine tout entière, indifféremment de la différence des genres, qui se trouve marquée au sceau du péché et de la folie. Une fois de plus, Boileau dénonce les masques et le renversement général des mœurs dans la société: la femme du magistrat devient une Vénus, tandis que Clélie introduit partout la galanterie et pervertit les valeurs plus solides. Mais les femmes n’ont pas le monopole des vices, et le portrait d’Alcippe, dès le début du texte, est de ce point de vue très éloquent : le futur marié, jusqu’ici libertin (“le cours de tes galanteries”), est intéressé par l’argent (“Ton beau-père futur vide son coffre-fort”), vaniteux, rempli du désir d’être aimé (“De se voir caressé d’une épouse qu’on aime”), en attendant que surviennent les tourments de la jalousie. Les autres figures masculines ne sont pas plus avantagées: ainsi le directeur de conscience, qui favorise les vices au lieu de tenter de les réformer.

Dénonçant le mariage à la mode, fruit de l’intérêt et de l’égoïsme, Boileau propose en négatif, et comme en contrepoint, l’éloge indirect du vrai mariage chrétien, fondé sur la confiance, la fidélité, l’amour désintéressé. L’on comprend qu’il ait pu écrire à Brossette, dans une lettre déjà citée: “Il ne faut point prendre les poètes à la lettre. Aujourd’hui, c’est chez eux la fête du célibat. Demain, c’est la fête du mariage”. En fait, la satire X, qu’on pourrait tenir pour un paradigme de misogynie et de misogamie, ne peut-elle être considérée, à sa manière, comme un épithalame à l’envers?

Je souhaite bon courage aux Agrégatifs et Agrégatives externes, à qui je souhaite d’aller à l’oral, et d’en revenir récompensé(e)s de leurs efforts; et à toutes et tous, candidat(e)s heureux ou malheureux, je vous donne rendez-vous prochainement pour un nouveau carnet estival. Il portera sur les contes de Charles Perrault et de Mme d’Aulnoy.



Citer ce billet
Tony Gheeraert (2021, 24 avril). Brève remarque sur la Satire X : une satire contre qui ? Boileau, l'insoumis. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4ec