De Ronsard à Malherbe: Lucifer et le Rédempteur (Art poétique, I, 113-138)

La courte histoire de la poésie que nous propose Boileau ne laisse pas d’étonner: le champion des Anciens, souvent dur à l’égard des poètes de son temps, nous présente une évolution de l’histoire littéraire sous le signe d’un progrès, depuis la fantaisie des « caprices » médiévaux des « vieux romanciers » (rappelons que les premiers romans étaient écrits en vers) jusqu’au règne de Malherbe, législateur au service de l’ordre et de la grâce.

Cette conception progressiste de l’histoire de l’art surprend, lorsqu’on connaît l’attachement de Boileau aux Anciens, et son sentiment d’un déclin de la poésie à son époque. En fait, pour Boileau comme pour Fleury, le mouvement général d’une longue décadence depuis l’Antiquité peut être localement contredit par des pauses dans le déclin, voire de grandes renaissances, la plus extraordinaire étant celle des premiers temps de l’Eglise, mais Fleury retient aussi, par exemple, l’époque de la renaissance carolingienne. La proximité de Boileau et de Fleury peut ainsi expliquer l’adoption ici d’une conception discontinue du progrès littéraire depuis le moyen-âge, comme le montre la double occurrence du terme « le premier », appliqué à quelques vers de distance successivement à Villon et à Malherbe. Deux cycles se dessinent ainsi: le premier s’arrête à Ronsard, le second aboutit au triomphe de Malherbe. Un premier mouvement d’ascension est marqué par une quête de régularité et d’harmonie: Villon se recommande par son souci de clarté (il « débrouille l’art confus ») et Marot par sa maîtrise technique et sa recherche de l’originalité. Mais Marot, aux yeux de Boileau, ne pouvait constituer qu’une étape: son génie le portait aux petits genres où certes il triompha (rondeaux, mascarades, ballades), mais il fallait ensuite qu’un poète plus ambition portât la poésie à son sommet à travers la pratique des grands genres. C’est Ronsard qui entreprit de parachever ce mouvement ascendant de la poésie en l’entraînant « si haut ». Nul doute que Boileau songe ici davantage à ses Odes et ses Hymnes qu’aux poèmes à Hélène ou Cassadre: Odes et Hymnes devaient ressusciter le vrai sublime antique. Hélas, Ronsard échoua. Son admiration mal comprise des Grecs et des Latins le poussa à trahir le génie de notre langue1 . La cause de ce désastre? Son orgueil (« poète orgueilleux »). L’orgueil, c’est le péché du diable qui voulait s’égaler à Dieu. Ronsard est un poète luciférien. Trop confiant en ses propres forces (« fit un art à sa mode », sans « révérer la langue »), narcissique, il n’était pas assez pur pour « atteindre la hauteur » du Parnasse. Aussi, après avoir séduit les hommes « quelque temps » (comme l’Ange de lumière ou l’Antéchrist), il fut précipité aux enfers de l’histoire littéraire en châtiment de sa présomption.

Si Boileau se montre aussi sévère avec Ronsard, c’est qu’il lui ressemble: le maître de la Pléiade est comme le double négatif de l’auteur de l’Art poétique. Tous deux se font une très haute conception de la poésie, tous deux cherchent à se hisser au sommet du Parnasse, tous deux admirent les Grecs et les Latins, tous deux voient en la poésie un art divin qu’il ne faut pas galvauder, et qui nous rapproche de Dieu et de ses mystères. Mais Ronsard, grisé par son talent, aveuglé par son orgueil, « trébucha » et fut châtié par la postérité: c’est qu’il ignorait le vrai sublime, et n’en possédait qu’une vaine caricature.

Le péché de Ronsard devait être effacé: c’est Malherbe qui joua, au seuil du XVIIe siècle, le rôle de Rédempteur: il est un Messie (« Enfin Malherbe vint… »), il est un enseignant, il apprend la douceur (c’est le génie du français, langue de la douce France), il est d’une rectitude poétique et morale tout ensemble (« règles du devoir »), il possède la Sagesse et nous offre le vrai sublime, celui qui se « fait sentir ». Ronsard est Satan, tandis que Malherbe est un Sauveur.

L’histoire littéraire apparaît ici contaminée par un modèle théologico-moral de chute et de rédemption qui montre bien à quel point la vision de Boileau est de part en part religieuse, et qu’on aurait vraiment tort de séparer chez lui la satire morale et la satire littéraire: littérature, morale et théologie sont au contraire indissolublement unies au sein d’une quête de régénération universelle; l’échec littéraire de Ronsard est lié à ses mauvaises dispositions éthiques et métaphysiques, tandis que le génie de Malherbe s’accompagne de qualités morales et spirituelles. La poésie n’est pas un vain jeu: c’est un chemin de perfection, l’instrument d’une restauration de notre lien avec le Ciel, et d’un progrès moral individuel et collectif. Elle est réservée aux cœurs humbles et purs, habités par la « grâce », capables de s’astreindre à une discipline linguistique, et toujours en vue  des plus hautes ambitions.

  1. on peut songer aux adjectifs composés à la manière antique, comme « la nymphe porte-flèches », qu’affectionnait la Pléiade. []