L’art de la satire

Les critiques soulignent souvent la difficulté à définir le genre de la satire. “Il n’existe aucune théorie satisfaisante de la satire classique en vers”, estime par exemple Pascal Debailly, ajoutant que la satire est un genre “hybride, bâtard, ambigu”. Elle est un “noeud de contradictions”1. Il n’est pas impossible pourtant de tenter d’en fixer un certain nombre de caractères qui constitueraient comme une poétique de la satire, à considérer bien sûr avec certaines précautions, mais néanmoins utile à l’intelligence de nos textes et susceptible de nous guider dans nos lectures.

Nous procéderons en deux temps  :

  • diachronique : Boileau est tributaire d’une longue histoire de la satire régulière, qui fut inventée à Rome et qu’il porta à sa perfection. Boileau joue en permanence avec ces modèles, qui revêtent par conséquent une place essentielle dans la compréhension de l’oeuvre, et comportent un certain nombre de spécificités dont il convient d’avoir conscience (modèle horatien vs modèle juvénalien)
  • synchronique : la satire régulière se définit par un certain nombre de constantes formelles que nous repérerons dans l’oeuvre de Boileau, afin de définir son art de la satire.


Citer ce billet
Tony Gheeraert (2020, 16 août). L’art de la satire. Boileau, l'insoumis. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m4dn

  1. Epos et satura : Calliope et le masque de Thalie”, Littératures classiques, 24, 1995, p. 147, url : https://www.persee.fr/doc/licla_0992-5279_1995_num_24_1_2281 []